Cet article date de plus de trois ans.

Une pétition signée par 160 personnalités et anonymes réclame un congé paternité plus long et obligatoire

Les signataires exhortent à s'inspirer du Portugal, où le congé paternité vient d'être rendu obligatoire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le 23 septembre 2018, 160 personnalités et anonymes ont signé une pétition pour réclamer un congé paternité plus long et obligatoire (photo d'illustration). (SASHA GULISH / IMAGE SOURCE GETTY)

Ils réclament un congé paternité aligné sur le congé maternité. Une pétition lancée par les collectifs Congé parentégalité et Pour une parentalité féministe a réuni 160 signataires, dont le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, ou l'ex-patronne du Medef, Laurence Parisot. "En France, une salariée a droit à un congé maternité de seize semaines, dont huit obligatoires. Un salarié, lui, dispose d'un congé paternité facultatif de onze jours", rappelle cette pétition publiée dans Le Parisien dimanche 23 septembre. Elle juge que "l'organisation des congés 'à la française' participe au maintien d'un système inégalitaire et patriarcal au travail, en biaisant les critères d'embauche et d'avancement".

"Seule une loi peut créer les conditions d'une parentalité à égalité, en rendant ce congé obligatoire et de même durée pour les deux parents, qu'ils soient travailleur·euses indépendant·es ou salarié·es", poursuit le pétition.

"Le congé parentalité ne peut rester une option"

Les 160 signataires, parmi lesquels figurent des experts comme le psychiatre Serge Hefez, de simples citoyens et des personnalités comme l'humoriste Guillaume Meurice, exhortent à s'inspirer du Portugal, où le congé paternité vient d'être rendu obligatoire. "Le congé paternité ne peut rester une option, au risque que le père ou second parent n'ose affirmer son choix de peur d'être discriminé à l'embauche ou dans sa carrière", estiment-ils.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Egalité femmes-hommes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.