Thaïlande : une jeune Saoudienne se barricade dans sa chambre d'hôtel pour éviter son expulsion du pays

Elle dit avoir été enfermée par sa famille dans une pièce durant six mois simplement pour s'être coupé les cheveux, et craindre pour sa vie si elle rentre dans son pays.

Rahaf Mohammed al-Qunun dans une chambre d\'hôtel à l\'aéroport de Bangkok, en Thaïlande, le 7 janvier 2019.
Rahaf Mohammed al-Qunun dans une chambre d'hôtel à l'aéroport de Bangkok, en Thaïlande, le 7 janvier 2019. (HANDOUT / COURTESY OF RAHAF MOHAMMED AL-QU / AFP)

Une Saoudienne de 18 ans, en instance d'expulsion après avoir été arrêtée dimanche 6 janvier à l'aéroport de Bangkok, a refusé d'embarquer dans l'avion qui devait la ramener en Arabie saoudite lundi matin. "Le vol est finalement parti sans elle car elle s'est barricadée dans une chambre d'hôtel de l'aéroport", a raconté Phil Robertson, représentant de l'ONG Human Rights Watch en Asie. "Je ne quitterai pas ma chambre tant que je n'aurai pas rencontré le HCR [le Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU]", a-t-elle mis en garde.

Rahaf Mohammed Al-Qunun assure avoir été arrêtée par des responsables saoudiens et koweïtiens à son arrivée à l'aéroport de Bangkok, ajoutant que son passeport lui a été confisqué de force. Mais l'ambassade saoudienne nie que ses représentants aient été présents à l'intérieur du terminal, ajoutant sur Twitter "être en contact constant avec la famille de la jeune femme".

"Elle ne sera pas renvoyée contre son gré"

La jeune femme dit par ailleurs avoir été enfermée par sa famille dans une pièce durant six mois simplement pour s'être coupé les cheveux, et craint pour sa vie si elle rentre dans son pays. "Si elle ne veut pas partir, elle ne sera pas renvoyée contre son gré", a ensuite déclaré lors d'un point-presse le chef de la police de l'immigration thaïlandaise. Ce dernier a ajouté que Rahaf Mohammed Al-Qunun allait rencontrer dans la journée, comme elle le demande, des représentants du Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU.