L’invitée du Soir 3 : Clarence Rodriguez, journaliste spécialiste de l’Arabie saoudite

L’invitée de ce Soir 3 du vendredi 22 juin est Clarence Rodriguez. La journaliste, 12 ans correspondante à Riyad, et auteure de plusieurs livres sur l’Arabie saoudite ("Révolution sous le voile" ou "Arabie saoudite 3.0, paroles de la jeunesse saoudienne"), revient sur les grands changements initiés depuis un an par Mohammed Ben Salmane.

La journaliste spécialiste de l’Arabie saoudite, Clarence Rodriguez, vient apportera son éclairage sur le pays dans ce Soir 3. Ce droit de conduire accordé aux femmes est-il une révolution ? "On peut parler d’une révolution sociétale, parce que ça fait tellement d’années que les femmes attendaient de conduire. L’Arabie saoudite était toujours pointée du doigt. Il faut rendre hommage à ces femmes, qui en 1990 (elles étaient 147), ont pris le volant et ont été arrêtées. C’est grâce à elle que ce 24 juin est un jour historique".
Un droit qui ne concerne cependant pas toutes les femmes ? "Ce ne sont pas toutes les femmes, mais certaines, qui disposent d’un permis obtenu à l’étranger. Des femmes profondément conservatrices ne veulent pas conduire aussi", explique Clarence Rodriguez.

"Politique paradoxale"

Une avancée qui en annonce d’autres ? "Le premier droit que ces femmes souhaitaient obtenir, ce n’était pas celui de conduire. C’était l’abolition du tutorat. Il faut imaginer qu’une femme est née mineure et meurt mineure, donc ne conduit pas sa vie comme elle souhaite", éclaircit la journaliste.
Que penser de cet air de modernité insufflé par Mohammed Ben Salmane ? "C’est une politique paradoxale de ce jeune Prince qui veut se présenter comme un Prince réformateur, moderne et de l’autre côté quelqu’un qui applique une politique répressive : des princes et hommes d’affaires incarcérés en prison. Ce jeune prince a déstabilisé la façon dont on dirige ce pays."

Le JT
Les autres sujets du JT
Le prince Mohammed ben Salmane à Ryad, le 14 novembre 2017.
Le prince Mohammed ben Salmane à Ryad, le 14 novembre 2017. (FAYEZ NURELDINE / AFP)