La répudiation express interdite en Inde

La Cour constitutionnelle indienne a interdit cette pratique dans un verdict rendu le 22 août.

Franceinfo

"Talaq", un simple mot pour dire, je divorce. Jusque-là, il suffisait à un Indien musulman de répéter trois fois ce mot pour répudier sa femme. Chassée du jour au lendemain, Sadaf a dû retourner chez son père. "Il s'est remarié. Il est heureux. Il n'est jamais revenu nous voir. Il ne regarde même pas notre fille", explique-t-elle.

"À l'encontre de la moralité constitutionnelle"

Désormais, cette pratique est interdite. La Cour suprême indienne estime dans son verdict du 22 août que "le triple talaq enfreint le Coran et la charia. (...) et va à l'encontre de la moralité constitutionnelle". Une pratique contestée aussi par une partie des musulmans. "Cette méthode n'est mentionnée nulle part dans le Coran donc si notre religion n'autorise pas à divorcer comme cela pourquoi notre société l'accepte-t-elle ?", demande Sadia Akhtar, d'une ONG de soutien aux femmes musulmanes. En Inde, les musulmans représentent 14% de la population.

Des femmes tirent de l\'eau d\'un puits en Inde, le 19 mai.
Des femmes tirent de l'eau d'un puits en Inde, le 19 mai. (AFP)