Irlande : ces Irlandaises qui ont avorté malgré l'interdiction

En Irlande, ce vendredi 25 mai est un jour de vote historique. Les Irlandais doivent se prononcer pour ou contre l'interdiction de l'avortement. Le résultat ne sera pas connu avant samedi 26 mai dans l'après-midi. 

Voir la vidéo
FRANCE 3

Avant le vote historique du 25 mai sur l'avortement en Irlande, des femmes ont bravé l'interdiction. Une d'entre elles nous raconte son histoire, tout en sachant qu'elle prend des risques en témoignant. Il y a un an, après un échec de contraception, elle tombe enceinte, mais ne veut pas garder l’enfant. Elle choisit d’avorter, alors que c’est interdit en Irlande. "C'était une décision douloureuse. Ça m'a fait mal, mais je sais que c'était la bonne. J'avais plus de 30 ans alors je me suis quand même posé des questions. J'ai eu des doutes. Je venais juste de reprendre mes études, je n'avais pas de travail et ma relation ne se passait pas bien", raconte-t-elle.

Passible de 14 ans de prison, même en cas de viol ou d’inceste

Pour avorter, elle a commandé une pilule sur internet, qui a été envoyée en Irlande du Nord. Au Sud, elle aurait pu être interceptée par la douane. Elle n'a donc pas pu voir de médecin, seulement échanger par e-mail. Dans la très catholique Irlande, avorter est un crime. Il est passible de 14 ans de prison, même en cas de viol ou d’inceste. Pour le référendum qui s’annonce, l’écart est faible. Les pro-avortements disposent d’une courte avance, mais elle est fragile.

Le JT
Les autres sujets du JT
Manifestation anti-avortement, le 12 mai 2018 à Dublin, en Irlande. 
Manifestation anti-avortement, le 12 mai 2018 à Dublin, en Irlande.  (GETTY IMAGES)