Cet article date de plus d'un an.

Egalité homme-femme : la maternité est-elle un frein aux carrières ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Egalité homme-femme : la maternité est-elle un frein aux carrières ?
France 3
Article rédigé par
G-A.Dolz, M-P.Degorce, A.Sylvain, Z.Berkous, J-J.Buty, A.Agbo, E.Jarlot - France 3
France Télévisions

Au travail, les disparités homme-femme se creusent notamment pendant et après la maternité. Les femmes sont mieux protégées depuis une loi de 2006, mais 13% des entreprises ne la respectent toujours pas.  

Pauline Leblan a eu un petit garçon au mois d’avril. En reprenant le travail, la cadre financière a eu la bonne surprise de recevoir une augmentation. "On peut être une femme, avoir une vie de famille, avoir des ambitions et c’est toujours un beau challenge et une reconnaissance", explique cette dernière. Depuis 2006, la loi oblige les entreprises à augmenter les femmes de retour de maternité autant que leurs collègues restés au travail. Dans les faits, 13% des employeurs, soit 3 000 entreprises, ne respectent pas cette obligation légale.  

25% de salaires en moins 5 ans après le premier bébé

L’employeur de Pauline Leblan, la FDJ, travaille depuis 10 ans à résorber les inégalités, et obtient 100/100 à l’index de l’égalité professionnelle. "L’entreprise a compris que plus on travaille sur l’équilibre vie privée/vie professionnelle, mieux on a des collaborateurs engagés et motivés, confie Pierre-Marie Agouarc’h, directeur des ressources humaines de la FDJ. Ça concerne à la fois les femmes, mais aussi les hommes.

Pour celles qui se lancent, l’initiative est parfois plus compliquée. Mr. Bricolage n’obtient ainsi que 72 points sur 100. En cause, de nets écarts de salaires. "La distribution du bricolage a longtemps été très masculine dans les postes à plus haute responsabilité", explique Laetitia Pinault, directrice du capital humain de l’entreprise. Selon l’INSEE, une femme gagne, cinq ans après la naissance de son premier bébé, 25% de moins que si elle n’avait pas eu d’enfant.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.