Décès de Gisèle Halimi, une avocate fondamentale dans la lutte pour les droits des femmes

Mardi 28 juillet, la très célèbre avocate Gisèle Halimi est décédée. Elle laisse derrière elle un héritage impressionnant et marquant notamment pour la cause féministe.

FRANCEINFO

C’était une femme dont les convictions et les valeurs pour lesquelles elle se battait trouvent encore une vraie résonance en 2020. Gisèle Halimi s’est éteinte mardi 28 juillet, elle était âgée de 93 ans. Elle a notamment marqué son époque en combattant notamment le harcèlement sexuel à une époque où le mouvement #MeToo n’existait pas encore, où ce type de harcèlement n’était pas un délit et le viol n’était pas un crime. Elle luttait en faveur du MLF : le mouvement de libération des femmes.

Un hommage à l’Assemblée nationale

Cette femme née en1927 en Tunisie et issue d’une famille judéo-berbère traditionaliste a très vite trouvé sa voie en France. Dès les années 1970, elle se fait remarquer en se battant pour l’avortement libre. L’un de ses grands accomplissements reste la signature du "Manifeste des 343" regroupant des femmes reconnaissant avoir avorté illégalement. C’est un hommage vibrant qui a eu lieu mardi 28 juillet à l’Assemblée nationale. Elle a été vivement applaudie, notamment par le Garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'avocate Gisèle Halimi, le 14 novembre 2003 à Paris.
L'avocate Gisèle Halimi, le 14 novembre 2003 à Paris. (JACK GUEZ / AFP)