Droit de vote dès 16 ans : "Plus on vote tôt, plus on vote durablement dans la vie", plaide la députée Paula Forteza

Paula Forteza, députée et co-présidente du groupe Ecologie Démocratie et Solidarité, est à l'origine d'une proposition de loi examinée à l’Assemblée nationale sur l'instauration d'un droit de vote à 16 ans.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un homme vote pour les élections municipales à Paris, le 28 juin 2020. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Faut-il instaurer le droit de vote dès 16 ans ? Une proposition de loi est examinée aujourd’hui à l’Assemblée nationale. "C’est le sens de l’histoire", assure Paula Forteza, députée et co-présidente du groupe Ecologie Démocratie et Solidarité (EDS), à l’initiative du texte, jeudi 1er octobre sur franceinfo. "On dit toujours qu'on va demander la confiance aux jeunes générations, mais la confiance, c'est une relation bilatérale. Donc, avant de demander la confiance, il faut faire confiance", explique-t-elle. Une telle mesure permettrait également, selon elle, de "combattre l’abstention", car "plus on vote tôt, plus on vote durablement dans la vie".

franceinfo : Pourquoi faire cette proposition de loi maintenant ?

Paula Forteza : Parce que c'est un moment particulier pour cette génération. C'est une génération charnière qui est aujourd'hui la génération Covid-19 et la génération Greta Thunberg. Génération Covid parce que les jeunes sont impactés directement par cette crise sanitaire, économique, sociale qu'on est en train de vivre. On est en train de prendre énormément de décisions qui vont impacter leur avenir. On est en train de mettre énormément de dette qui va peser sur leurs épaules. Et génération Greta Thunberg, parce que c'est une génération très mobilisée pour la planète, qui souffre d'angoisse, ce qu'on appelle l'éco-anxiété. Et ils souffrent des impacts de ce changement climatique sans pouvoir rien faire à ce sujet. Donc ils se sentent dépossédés et ils se mobilisent, on les voit dans la rue, sur les réseaux sociaux, ils nous mettent face à nos responsabilités... Il faut donc pouvoir leur donner une expression dans nos institutions démocratiques.

Les jeunes se mobilisent peut-être dans la rue mais pas forcément dans les urnes pour ceux qui ont plus de 18 ans actuellement...

Mais l'idée, c'est aussi de leur donner l'habitude de voter. Il y a plusieurs études qui montrent que plus on vote tôt, plus on vote durablement dans la vie. L’idée, c'est donc aussi de renforcer l'éducation civique et l'initiation citoyenne au lycée. On prépare les générations futures à cette citoyenneté. On dit toujours qu'on va demander la confiance aux jeunes générations, mais la confiance, c'est une relation bilatérale. Donc, avant de demander la confiance, il faut faire confiance. Il faut leur faire confiance.

Faut-il instaurer le droit de vote à 16 ans pour tous les scrutins, pas seulement nationaux et locaux, européens aussi ?

C'est le sens de notre proposition et c'est le sens de l'histoire. C'est en train d'être discuté aujourd'hui en Suisse, à San Francisco, en Allemagne, où il y a trois partis qui ont mis ça sur la table. C’est dans l'air du temps. C'est une mesure qui vise à combattre l'abstention et qui vise à donner un pouvoir d'expression à cette jeunesse. Cette jeunesse, elle veut agir. Et le droit de vote, c'est l'action.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.