Trafic de drogue : 60 morts et 250 blessés en 2020 lors de règlements de comptes

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin dresse un premier bilan de son action, neuf mois après son arrivée. "Nous sommes en train de regagner le terrain et c’est sans précédent", assure-t-il.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des armes saisies chez des trafiquants de drogue à Marseille, en février 2021 (illustration). (NICOLAS TUCAT / AFP)

Les règlements de comptes sur fond de trafic de drogue ont fait 60 morts et 250 blessés l'an dernier, a appris franceinfo mardi 16 mars du ministère de l’Intérieur, confirmant une information du Parisien. Cette année 2020, malgré le confinement et le couvre-feu, a été marquée par des saisies de drogue "très importantes" et "parfois même en hausse par rapport aux années précédentes", affirme Gérald Darmanin dans une longue interview au Parisien mardi 16 mars. Un entretien dans lequel il dresse son bilan après neuf mois à la tête de ce ministère. "Nous sommes en train de regagner le terrain et c’est sans précédent."

Dans le détail, 96 tonnes de cannabis, 13 tonnes de cocaïne, 1,1 tonne d’héroïne et 1,2 million de comprimés d’ecstasy ont été saisis en 2020. Concernant les amendes forfaitaires délictuelles de 200 euros avec inscription au casier judiciaire pour usage de stupéfiants, 50 000 amendes ont été dressées depuis la mise en place de cette mesure le 1er septembre dernier. Ce sont 10 776 amendes, rien que pour le mois de février, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, un record.

Des saisies de drogue en forte hausse

Cette année 2020 a notamment été marquée par les mesures sanitaires drastiques avec la période de confinement entre mars et juin. À cette période, le trafic aérien et routier était à l'arrêt. Le trafic s'est donc adapté, avec la livraison de drogue à domicile ou par courrier, via des commandes sur le Dark web. Selon les chiffres que franceinfo a pu se procurer, les saisies d’héroïne ont été multipliées par 10 lors du second confinement par rapport au premier. Celles d’ecstasy ont été multipliées par 14 et celles de cocaïne par 8.

Le ministère de l’Intérieur indique également à franceinfo avoir démantelé 450 points de deal en France, notamment en région parisienne, à Lille, Marseille ou encore Lyon, 3 952 points de deal avaient été recensés en France en septembre dernier. Un point de deal peut rapporter jusqu’à 80 000 euros par jour. Depuis le 1er mars, une plateforme de signalement a été mise en place pour permettre aux habitants d'indiquer des points de deal ou toute information liée au trafic de drogue, moncommissariat.fr. Plus d'un millier de signalements ont été effectués en 15 jours sur cette plateforme.

Mais certains policiers dénoncent le retour de la politique du chiffre. Le ministre de l'Intérieur répond qu'en plus des actions répressives, il promet aussi la mise en place d’une grande campagne de prévention sur les drogues.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.