Cet article date de plus d'un an.

Policier tué à Avignon : quatre suspects ont été interpellés

Trois individus ont été arrêtés dimanche à un péage de l'autoroute A9, une quatrième personne lundi matin. Des perquisitions ont été menées lundi matin.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les deux personnes ont été interpellées sur l'autoroute A9, au niveau du péage de Remoulins, à 20 kilomètres d'Avignon. (GOOGLE MAPS (CAPTURE D'ÉCRAN))

Quatre jours après la mort d'Éric Masson, un policier, lors d'une opération anti-drogue à Avignon, quatre personnes ont en tout été interpellées, a confirmé lundi 10 mai le ministre de l'Intérieur. "Ils sont français nés en France et trafiquants de drogue, manifestement. Ils sont jeunes, moins de 30 ans", a précisé Gérald Darmanin. Des perquisitions ont également été menées dans la journée de lundi au domicile des suspects.

>> Policier tué à Avignon : suivez les dernières informations

La sœur de l'un des suspects a été arrêtée lundi matin. Les trois autres personnes ont été interpellées dimanche, a appris franceinfo de source proche de l'enquête. Il s'agit du tueur présumé, âgé de 20 ans (qui n’avait pas d’arme au moment de son interpellation, selon une source proche de l’enquête à franceinfo), de son complice présumé et de l'homme qui conduisait la voiture. Ce sont les effectifs de la brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la police judiciaire qui, après surveillance, ont réalisé ces arrestations sur l'autoroute A9, au niveau du péage de Remoulins, à 20 kilomètres d'Avignon, en direction de Nîmes. Les enquêteurs ont trouvé environ 2 000 euros au moment de leur interpellation, indique une source proche de l’enquête à franceinfo.

Les enquêteurs ont pu confondre les suspects grâce aux témoignages, mais également à la surveillance effectuée par les policiers. Le procureur de la République d’Avignon doit tenir une conférence de presse lundi à 17 heures.

Des hommes connus des services de police

"Je crois qu’on a touché la cible", a déclaré de son côté lundi sur franceinfo David Le Bars, secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale après cette arrestation. Le tireur et son complice présumés sont "des gens qui sont connus des services de police", a-t-il précisé. "On n'a jamais intérêt à fuir vers l'Espagne quand on est suspecté de pas grand-chose. Si on essaye de se soustraire à la justice ou à la police, c'est qu'on y a intérêt", a expliqué le commissaire.

Plus d'un millier de personnes s'étaient rassemblées dimanche après-midi pour rendre hommage à Éric Masson, devant son commissariat. De nombreux policiers étaient présents, mais aussi des habitants de la région. Cet agent de 36 ans a été abattu mercredi 5 mai, vers 18h30, alors qu’il intervenait près d’un point de trafic de drogue, dans le centre-ville. Le fonctionnaire de police, père de deux enfants de 5 et 7 ans, a été touché à l’abdomen et la poitrine. Une enquête a été ouverte pour meurtre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Drogue

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.