Un Français séquestré sur son voilier par un trafiquant de drogue au large du Portugal

Le jeune homme de 28 ans a été libéré samedi par la marine portugaise. L'objectif du bandit était de réceptionner une cargaison en provenance du Maroc.

Un voilier, le 29 juillet 2018. (photo d\'illustration) 
Un voilier, le 29 juillet 2018. (photo d'illustration)  (PATRIK STOLLARZ / AFP)

Cette croisière n'aura pas été de tout repos. Un Français de 28 ans a été séquestré sur son embarcation par un malfaiteur corse lié au trafic de drogue puis libéré au large du Portugal lors d'une opération d'une unité d'élite de la marine, s'est félicité la police judiciaire portugaise lors d'une conférence de presse mardi 31 juillet.

Tout commence jeudi 26 juillet, lorsqu'un homme de 42 ans, soupçonné d'appartenir au grand banditisme, monte à bord du voilier de la victime, également originaire de l'île de Beauté. Il le force alors à lever l'ancre du port de Leixões, situé dans la banlieue de Porto, en menaçant le propriétaire du voilier de s'en prendre à sa famille s'il refuse de coopérer. L'objectif du bandit ? Réceptionner une cargaison de drogue au Maroc.

350 000 euros saisis à bord du bateau

Par chance, la victime a réussi à envoyer un message par téléphone à un ami en France. Ce dernier a donc prévenu les autorités françaises, qui se sont aussitôt mises en contact avec l'unité antiterroriste portugaise. Dès lors, une vaste opération de sauvetage a été mise en place. Grâce à l'armée de l'air, le voilier a pu être localisé dans les eaux internationales, à près de 300 km des côtes de l'Algarve, région à l'extrême sud du Portugal.

Dans l'après-midi de samedi, une corvette de la marine avec à son bord une équipe d'élite spécialisée dans ce genre d'interventions prend d'assaut le voilier sans résistance. Quelque 350 000 euros, certainement destinés au paiement de la drogue, ont été saisis à bord de l'embarcation. Le malfaiteur a été placé en détention provisoire tandis qu'un dispositif a été activé pour s'assurer de la sécurité de la famille de la victime.