Économie : le trafic de drogue sera intégré dans le calcul du PIB

L'institut de statistiques européen, Eurostat, a demandé à la France de comptabiliser le trafic de stupéfiants dans le calcul de son PIB. Sur le plateau du 12/13, le journaliste David Boéri nous livre ses explications.

Cette vidéo n'est plus disponible

Le trafic de drogue est-il un commerce comme les autres ? L'institut de statistiques européen vient de demander à la France de tenir compte des résultats du trafic de stupéfiants dans le calcul du PIB. Alors pourquoi cette demande ? "En France, c'est totalement illégal, mais il faut bien reconnaître que c'est une activité économique : il y a un marché, des dépenses pour les consommateurs et d'importants revenus pour les vendeurs", explique le journaliste David Boéri sur le plateau du 12/13. "L'objectif d'Eurostat, l'organisme européen des statistiques, est de comparer au mieux les économies des différents pays. Or, aux Pays-Bas, les revenus de la drogue sont comptabilisés puisque la vente de cannabis est légale ; il fallait donc le rajouter dans notre PIB", ajoute-t-il.

Un marché estimé à 2,3 milliards d'euros par an

Cela veut-il dire qu'on peut évaluer les résultats du trafic de drogue comme un chiffre d'affaires ? "Pas vraiment, puisque par définition, il n'y a pas de base de données, rien n'est jamais déclaré. Il n'y a que des estimations réalisées par des chercheurs spécialisés. Selon la dernière étude publiée en 2016, le marché de la drogue en France représenterait 2,3 milliards d'euros par an, qui s'ajouterait donc à notre PIB qui s'élève aujourd'hui à 2 200 milliards d'euros", soit 0,1% de notre richesse nationale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Selon l\'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, la France compte 1,4 million d\'usagers réguliers dont 700 000 usagers quotidiens.
Selon l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, la France compte 1,4 million d'usagers réguliers dont 700 000 usagers quotidiens. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)