Drogues : le nombre de morts par overdose augmente en Europe

C'est le bilan dressé par l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies.

Des sacs de fentanyl présentés lors d\'une conférence de presse à New York (Etats-Unis), le 23 septembre 2016.
Des sacs de fentanyl présentés lors d'une conférence de presse à New York (Etats-Unis), le 23 septembre 2016. (DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Les morts par surdose de drogue ont augmenté de 6% en Europe entre 2014 et 2015, selon un rapport de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), publié mardi 6 juin. Le bilan est passé de 7 950 morts en 2014 à 8 441 l'année suivante. Une hausse avait déjà été observée en 2013 (7 345), alors que la tendance était à la baisse depuis 2008.

Les cas mortels sont à 81 % dus aux opiacés comme la morphine, l'héroïne ou le fentanyl. Leur consommation croissante, que ce soit dans un cadre illégal ou prescrit médicalement, conduit certains experts américains à parler de niveau épidémique.

Royaume-Uni et Allemagne en tête de ce triste bilan

Le Royaume-Uni est le pays qui compte le plus de décès par overdose en Europe, avec 2 655 cas (document en PDF) enregistrés en 2015, suivi par l'Allemagne qui en compte 1 226. Mais le bilan est peut-être encore supérieur, de l'aveu même de l'OEDT, qui évoque les "sous-estimations systématiques dans certains pays" et les délais de signalement. Le dernier chiffre disponible pour la France remonte à 2013, avec 349 cas recensés (document en PDF).

Le nombre de morts en Europe, malgré tout, reste bien inférieur à celui enregistré aux Etats-Unis, où 52 000 personnes sont mortes d'overdose en 2015. Sur ce total, 33 000 décès sont dus à des opiacés. L'agence précise que ce contraste s'explique par les différences d'approche, de réglementation et de prescription entre l’Europe et les Etats-Unis.

La possibilité d’une sous-déclaration ne saurait toutefois être écartée, car il se peut que les Européens qui rencontrent des problèmes liés aux médicaments délivrés sur ordonnance soient pris en charge dans des services différents de ceux utilisés par les usagers de drogues illicites.Observatoire européen des drogues et des toxicomaniesRapport

Les opiacés sont à l'origine de 38% de l'ensemble des demandes de traitement dans l'Union européenne. "En Europe comme en Amérique du Nord, l’apparition récente de nouveaux opiacés de synthèse à forte teneur en principe actif, principalement des dérivés du fentanyl, est extrêmement préoccupante", souligne l'OEDT. Le fentanyl, cent fois plus puissant que la morphine, est un anti-douleur de synthèse de plus en plus utilisé comme une drogue récréative.