Deux trafiquants de cannabis arrêtés à Montpellier, ils proposaient des promos sur Snapchat

Ils utilisaient l'application Snapchat pour vendre de la drogue et fidéliser leurs clients : deux hommes ont été arrêtés mardi à Montpellier (Hérault). Ils livraient leurs produits à domicile, en scooter ou en voiture.

L\'application Snapchat. Image d\'illustration. 
L'application Snapchat. Image d'illustration.  (JAAP ARRIENS / NURPHOTO)

Deux trafiquants de cannabis ont été arrêtés mardi 24 octobre à Montpellier, rapporte France Bleu Hérault. Les deux Montpelliérains livraient des clients à domicile, sur leur scooter. Ils avaient mis en place un système de vente, d'offres promotionnelles et de carte de fidélité via l'application mobile Snapchat.

Les deux hommes de 19 et 22 ans ont été arrêtés alors qu'ils circulaient en deux-roues sur l'avenue de Lodève à Montpellier. Sans casque, ni plaque d'immatriculation, ils ont été contrôlés par la police, qui a découvert en leur possession du cannabis, et 250 euros en liquide.

Ils se sont rencontrés en prison

L'enquête révèle qu'il ne s'agit pas de consommateurs mais de trafiquants. Ils se sont rencontrés en prison à Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault). Tous deux en sont sortis en août 2017.

Les deux hommes se servaient de l'application Snapchat pour contacter leurs clients. Snapchat permet d'envoyer des photos éphémères, qui disparaissent en quelques secondes. Les deux jeunes hommes envoyaient des offres à des dizaines de contacts en même temps.

Distribution de flyers devant les facs, les bars et les boîtes de nuit

C'est grâce à ces photos que les trafiquants recevaient les commandes : ils livraient à domicile en scooter ou en voiture. Ils proposaient aussi des offres promotionnelles sur le prix au gramme.

Pour trouver leurs clients, ils distribuaient des flyers avec leur pseudonyme Snapchat devant les facs, dans les bars ou à la sortie des boites de nuits. Au dos de ces flyers, un système de carte de fidélité : au bout de dix commandes achetées, une commande offerte. La police a identifié une centaine de consommateurs. Les deux trafiquants ont été présentés à un juge, précise France Bleu Hérault.