Crack à Paris : la préfecture renonce à tout nouveau déplacement des consommateurs après l'opposition de la mairie

Pour la mairie de Paris, l'abandon du projet était "inéluctable, compte tenu de l'incongruité" du projet et de ces oppositions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un mur est taggué dans le quartier de la porte de la Villette à Paris, le 24 janvier 2022. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Volte-face. Le préfet de police de Paris, qui avait dit mardi vouloir déplacer les consommateurs de crack du nord-est parisien vers une friche ferroviaire de Bercy, a annoncé, vendredi 28 janvier, l'abandon de ce projet. Dans un communiqué, Didier Lallement "prend acte de la virulente opposition de la maire de Paris à tout projet de déplacement des usagers du crack" et "ne peut que constater son empêchement", que ce soit "vers le site du 12e arrondissement ou vers tout autre site", regrettant que "la mairie (ait) refusé de faire la moindre proposition".

Pour la mairie, l'abandon du projet était "inéluctable, compte tenu de l'incongruité" du projet et de ces oppositions, a réagi le premier adjoint d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire. Il s'est "réjoui de cette décision", mais dénonce une "grosse manipulation" de la part de la préfecture de police. C'est un "coup politicien pour renvoyer la balle dans notre camp en proposant le pire", a souligné l'adjointe à la santé, Anne Souyris, reprochant au gouvernement sa "mauvaise foi".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Drogue

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.