Cet article date de plus de deux ans.

Australie : des dizaines de gangsters pourraient être libérés car leur avocate était en fait une indic

Une commission d'enquête est en cours pour déterminer le nombre de dossiers concernés par la double vie de Nicola Gobbo.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers tiennent la garde devant le tribunal de Melbourne (Australie), le 26 juillet 2017. (ASANKA BRENDON RATNAYAKE / ANADOLU AGENCY / AFP)

Certains criminels parmi les plus dangereux d'Australie pourraient voir leur condamnation voler en éclats. Dans les années 1990, en pleine guerre des gangs à Melbourne, les trafics de drogue ont fait de nombreux morts. La situation ne s'est apaisée que lorsque les principales figures du crime organisé se sont retrouvées derrière les barreaux.

Mais des dizaines de condamnations, voire des centaines, sont sur la sellette depuis qu'il est apparu que leur avocate, Nicola Gobbo, était une indic qui livrait des informations sur ses clients aux policiers. Des audiences doivent se dérouler à Melbourne mercredi 8 mai.

Une enquête en cours

Nicola Gobbo représentait certaines des figures les plus endurcies du milieu, poursuivies pour trafic de drogue ou assassinat. "Les condamnations prononcées dans les dossiers où madame Gobbo a fourni ses services juridiques, sauf ceux où elle a joué un rôle minime, vont presque certainement être annulées", explique Jeremy Gans, professeur de droit à l'université de Melbourne.

L'année dernière, le parquet avait informé 22 personnes qu'elles avaient matière à faire appel. Une commission d'enquête royale est en cours pour déterminer le nombre de dossiers concernés par la double vie de Nicola Gobbo.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Drogue

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.