Cannabis dans le centre technique municipal de St-Denis : la mairie lance une procédure disciplinaire

La mairie de Saint-Denis a annoncé, vendredi, engager une procédure disciplinaire à l'encontre de deux agents municipaux suite à la saisie de 500 kilos de cannabis dans un local technique municipal.

Saisie de résine de cannabis par les douanes, en 2011. Photo d\'illustration
Saisie de résine de cannabis par les douanes, en 2011. Photo d'illustration (JEAN LOUIS PRADELS / MAXPPP)

La mairie de Saint-Denis a lancé une procédure disciplinaire vendredi 18 novembre, à l'encontre des deux agents municipaux impliqués dans la saisie de drogue hier soir. 500 kilos de cannabis ont été découverts dans un camion qui entrait dans le centre technique municipal.

Les personnes interpellées sont le gardien du centre âgé de 36 ans, un autre employé municipal âgé de 30 ans, le conducteur du camion (59 ans) et le conducteur de la voiture "ouvreuse", qui guidait le camion (28 ans). L'un des agents municipaux interpellés est déjà connu des services de police pour trafic de stupéfiants. La drogue se trouvait dans un camion en provenance de l'Espagne. Le véhicule a été arrêté alors qu'il entrait dans les locaux du centre technique municipal.

Le local aurait déjà servi pour des faits similaires

Selon l'adjointe au maire de Saint-Denis, chargée des bâtiments municipaux, "les polices et les douanes avaient déjà vu ce camion venir dans le quartier". Fabienne Soulas indique aussi que l'un des agents municipaux interpellés avait été visé par une perquisition policière dans ce même lieu fin 2015. Cette perquisition n'avait donné lieu à aucune saisie.

Les agents avaient ces activités "en dehors de leurs fonctions", poursuit l’adjointe. Toute la difficulté est de faire la différence entre leurs activités dans le cadre du travail ou sur le lieu de travail et la vie privée. Il n'y avait pas de responsable hiérarchique au moment des faits, (...) en complet décalage avec les horaires de travail".

Les deux agents risquent la révocation. Selon une source proche du dossier, le centre technique municipal aurait déjà servi, par le passé, de lieu de transit pour la drogue.