Des maires de France prêts à accueillir des réfugiés

Après la publication de la photo du petit Aylan, cet enfant de trois ans mort noyé sur une plage de Turquie, plusieurs initiatives ont vu le jour en Europe pour mieux accueillir les migrants. En France, le député PS, Christophe Borgel offre l’hospitalité tout comme une dizaine de maires de Haute-Garonne.

(Des Allemands distribuent de la nourriture et de l'eau, le 1er septembre aux abords de la gare de Munich © REUTERS/Lukas Barth)

La photo du petit Aylan, publiée dans de nombreux journaux à travers le monde, a fait l’effet d’un électrochoc. Nombreux sont ceux qui veulent transformer cette vague d'émotion en aide concrète. Il y a bien sûr les associations déjà installées, comme la Croix rouge, l'Unicef et Médecins sans frontières, mais ce qui est nouveau c'est que de simples citoyens se mobilisent pour collecter des fonds et surtout héberger des migrants.

C'est le cas du dispositif CALM, pour "Comme à la maison". Créé par l'association Singa, il fonctionne comme un Airbnb pour migrants. Le site met en relation des particuliers et des réfugiés, dont la demande d'asile a été acceptée, qui cherchent un toit. Les familles se proposent de les accueillir pour un ou trois mois voire un an.

Selon l'association, près de 200 foyers se sont déjà inscrits et une première famille de migrants devrait être installée d'ici une dizaine de jours.

Des maires prêts à accueillir les migrants

Offrir son hospitalité, c'est aussi le mot d'ordre d'une dizaine de maires de Haute-Garonne. Ils sont 11 élus précisément et ils viennent de publier un appel pour dire qu'ils sont prêts à accueillir des migrants dans leurs communes.

"Cela fait un moment que l’on réfléchit et que l’on se dit que l’on ne peut pas rester les bras ballants. On est prêts, à la mesure de la taille de nos communes, à prendre notre part à cet effort d’accueil des réfugiés, " explique Christophe Borgel, député PS de Haute Garonne, à l’origine de cette initiative.

"Si chacun, sur le territoire national, chaque pays en Europe, fait cet effort on peut y arriver. Je ne connais pas la solution pour le moment mais on la trouvera, parce que sur le fronton de ma mairie il n’y a pas que liberté, égalité, il y a aussi fraternité. "

"On est prêt à prendre notre part à cet effort d’accueil des réfugiés", affirme le député PS Christophe Borgel, à Marie Bernardeau
--'--
--'--

Des appels au rassemblement ont été lancés sur internet pour samedi après-midi, à Paris mais aussi à Vannes, Rouen ou encore Marseille.