Des élèves en retard à cause de la prière : NKM exprime "ses plus vifs regrets"

La numéro 2 de l'UMP a estimé que ses propos tenus lundi sur BFMTV et RMC étaient "inexacts".

Nathalie Kosciusko-Morizet, la numéro 2 de l\'UMP, à la manifestation du 11 janvier 2015 à Paris.
Nathalie Kosciusko-Morizet, la numéro 2 de l'UMP, à la manifestation du 11 janvier 2015 à Paris. (CITIZENSIDE.COM / AFP)

"A Mulhouse, des dizaines d'enfants arrivent en retard à l'école parce qu'ils sont à la prière musulmane." La vice-présidente déléguée de l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, est revenue, mercredi 4 février, sur ses déclarations tenues lundi sur RMC et BFMTV. Elle a exprimé ses "plus vifs regrets" après ses "propos inexacts".

Contacté par francetv info lundi, le maire de Mulhouse, Jean Rottner, avait précisé qu'il ne s'agissait pas de dizaines d'enfants mais de "quelques cas isolés".

"Une mauvaise interprétation"

L'ex-ministre écrit dans un communiqué transmis à l'AFP : "J'ai affirmé publiquement il y a deux jours qu'à Mulhouse certains parents préféraient amener leurs enfants à la prière plutôt que de respecter les horaires de l'école publique auxquels ils sont comme tout autre astreints. Ces propos sont inexacts et proviennent d'une mauvaise interprétation d'une conversation avec le maire de la ville sur la situation délicate dans laquelle se trouvent certaines de ses écoles."

"En réalité, les signalements pour les retards répétés en question sont le fait de parents qui, après convocation, ont expliqué que se rendant eux-mêmes à la prière, ils n'entendaient pas accompagner leurs enfants à l'heure à l'école. Je précise donc que contrairement à ce que j'ai déclaré sur la foi de mauvaises informations, seuls les parents sont concernés et aucunement les enfants", poursuit NKM.