Défilés du 1er-mai : la mobilisation faiblit

Au total, près de 300 manifestations se sont tenues aujourd'hui un peu partout en France. Selon la police, ils étaient seulement 65 000 à battre le pavé.

France 2

Si quelque 65 000 personnes ont défilé dans les rues à l'occasion du 1er-mai, la mobilisation est en baisse, cette année. La fête du Travail a également été marquée par des divergences syndicales. La CFDT a décidé de ne pas défiler, invitant tout de même les jeunes à participer à un grand rassemblement.

"Des syndicats forts ça permet de négocier"

Ce constat est inquiétant, selon François Lenglet : "Les pays qui ont le plus de syndiqués, les pays d'Europe du Nord, sont aussi ceux où le chômage est le plus faible", note le journaliste de France 2. Et pour cause, "des syndicats forts ça permet de négocier, de réformer le marché du travail quand il faut, de développer l'apprentissage", remarque-t-il.
En France, l'État se substitue donc aux syndicats et au patronat défaillants. "Ça entretient un cercle vicieux : plus l'État intervient, plus le dialogue social faiblit", constate François Lenglet.

Le JT
Les autres sujets du JT
Marseille (Bouches-du-Rhône), défilé syndical du 1er mai  2015
Marseille (Bouches-du-Rhône), défilé syndical du 1er mai  2015 (CITIZENSIDE / FREDERIC SEGURAN / AFP)