VIDEO. Personnes trans : la nouvelle loi facilite-t-elle vraiment le changement d'état civil ?

Elle devrait être une avancée majeure pour les personnes transgenres, mais beaucoup de questions restent sans réponse.

France 3

La loi Justice au XXIe siècle, adoptée mercredi 12 octobre, doit faciliter le changement d'état civil pour les personnes transgenres et transsexuelles, notamment en démédicalisant la procédure. Désormais, plus besoin d'être opéré, de suivre des traitements hormonaux ou d'être stérilisé pour qu'un juge valide une demande de changement de l'état civil. Mais pour les quelque 50 000 personnes concernées en France, beaucoup d'interrogations demeurent tout de même.

Ils réclament un changement d'état civil à la mairie

Le texte voté stipule que toute personne majeure ou mineure émancipée "qui démontre par une réunion suffisante de faits que la mention relative à son sexe à l'état civil ne correspond pas à celui dans lequel elle se présente et dans lequel elle est connue peut en obtenir la modification" devant un tribunal de grande instance.

Car le changement d'état civil est vital pour ces personnes dont le genre inscrit sur les documents officiels ne correspond pas à la réalité. "On n' a pas accès au logement, à l'emploi, plus d'accès non plus au carnet de chèques puisque la carte d'identité ne correspond plus", explique Diane à France 3. Et si la nouvelle loi simplifie les démarches, elle reste insuffisante aux yeux de Diane et ses amis, qui réclament le droit de changer d'état civil en mairie, sans passer par un tribunal. Ils participent, samedi 15 octobre à la marche Existrans, qui milite pour une procédure "rapide, libre et gratuite, en mairie".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le gouvernement australien a annoncé le 15 septembre 2011 qu\'il allait mettre en place des passeports transgenres, portant la mention \"homme\", \"femme\" ou \"X\". (GUSTAFSSON/LEHTIKUVA OY/SIPA)
Le gouvernement australien a annoncé le 15 septembre 2011 qu'il allait mettre en place des passeports transgenres, portant la mention "homme", "femme" ou "X". (GUSTAFSSON/LEHTIKUVA OY/SIPA)