Fin de vie : procès en appel du docteur Bonnemaison

Le débat sur la fin de vie revient sur le devant de la scène avec l'ouverture du procès en appel du Dr Bonnemaison ce lundi 12 octobre 2015. Il est soupçonné d'avoir empoisonné sept de ses patients, des malades incurables en stade terminal.

France 2

En juin 2014, le docteur Nicolas Bonnemaison était acquitté par la cour d'assises de Pau. L'ex-médecin doit de nouveau faire face à la justice aujourd'hui pour sept empoisonnements mortels perpétrés entre 2010 et 2011.

Au micro de France 2, Patricia Dhooge, veuve d'un patient, remercie l'ex-urgentiste parce qu'il "nous a aidés. On est d'accord avec ce qu'il a fait. On ne voit pas pourquoi on continue".

Soixante témoins au procès

Les victimes étaient tous des malades incurables en stade terminal. Le docteur reconnaît avoir administré un produit potentiellement léthal. Deux familles se sont portées partie civile. Elles accusent le médecin de ne pas les avoir informées de ses intentions envers leurs proches.

Plus de soixante témoins sont attendus devant la cour d'assises du Maine-et-Loire. Ce procès en appel relance une nouvelle fois le débat sur la fin de vie, au moment où l'affaire Vincent Lambert est encore loin de connaître un dénouement. Le verdict est attendu le 24 novembre à Angers.

Le JT
Les autres sujets du JT
Nicolas Bonnemaison, ancien médecin, arrive au tribunal de Pau (Pyrénées-Atlantiques), au premier jour de son procès, le 11 juin 2014.
Nicolas Bonnemaison, ancien médecin, arrive au tribunal de Pau (Pyrénées-Atlantiques), au premier jour de son procès, le 11 juin 2014. (NICOLAS TUCAT / AFP)