Débat : les garçons sont-ils en danger ?

Un pédopsychiatre s'alarme de l'équilibre des garçons, qui seraient en manque de repères masculins. Ses thèses ne font pas consensus auprès de tout le monde.

France 2

Stéphane Clerget, pédopsychiatre, lance une alerte : les garçons seraient en danger car en manque de repères masculins. Ce malaise serait perceptible dès l'école. En effet, 60% des décrocheurs sont des garçons, et les filles réussissent mieux leur scolarité. Pour Stéphane Clerget, c'est une conséquence d'un manque de repères masculins, notamment chez les enseignants. Il prône la parité. "Les garçons seraient sans doute plus stimulés. Il y a des processus d'imitation, d'identification", explique-t-il à France 2.
Le danger résiderait aussi dans le besoin de transgression des garçons, décuplé à l'adolescence. Le pédopsychiatre propose de canaliser ces débordements en instaurant "des rituels de passage qui permettent à l'adolescent d'être reconnu dans ses qualités de force, de courage".

"Les préjugés enferment, empêchent"

Le dernier point de malaise concerne l'image dévaluée des hommes – présentés comme hommes-objets ou tournés en ridicule dans leur rôle de père – dans les spots publicitaires. Ceci serait néfaste pour aider les garçons à se forger une identité d'homme.
Le docteur Clerget a fondé ses convictions sur des discussions avec des garçons. Elles laissent perplexes la psychanalyste Sophie Cadalen, qui pense que la fin des préjugés est une chance qui offre aux garçons plus de liberté : "Effectivement, on n'a plus ces préjugés pour nous soutenir. Mais les préjugés, ils enferment aussi, ils empêchent. Et dans les années précédentes, beaucoup d'hommes étaient extrêmement coincés dans leur rôle supposé d'homme."
 

Le JT
Les autres sujets du JT