Cet article date de plus de deux ans.

"J'accepte la mesure, on n'a pas trop le choix non plus" : entre résignation et colère, le couvre-feu à 18 heures est entré en application dans 15 départements

Six millions de Français de l'est du pays sont concernés par cette mesure depuis samedi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Reims, le 2 janvier, premier jour de l'application du couvre-feu avancé à 18 heures. (OLIVIER CORSAN / MAXPPP)

18 heures dans le centre-ville de Reims : les rideaux sont baissés, les boutiques fermées, le couvre-feu respecté. "Pourquoi pas, si ça peut freiner, si ça peut éviter le fait que les gens se regroupent trop en fin de journée", confie Nathalie, coiffeuse de métier, qui se plie à cette nouvelle restriction sans rechigner. La Marne fait partie des 15 départements concernés par ce couvre-feu avancé à 18 heures (au lieu de 20 heures dans le reste de la France). La mesure touche six millions de Français, dans des zones où la circulation du Covid-19 est le plus intense.

"J'accepte la mesure, dans le sens où on n'a pas trop le choix non plus, poursuit Nathalie. Mais à la limite, j'aurais préféré ce qu'Arnaud Robinet avait proposé, un confinement totale pendant 15 jours." Arnaud Robinet, le maire de Reims, favorable à un reconfinement local, court et immédiat.

Une mesure parfois jugée contre-productive

Jérémy, un intérimaire de 20 ans, et Joséphine, une étudiante en droit de 18 ans, sont moins convaincus par ce couvre-feu avancé. "Je trouve ça un peu tôt. Surtout qu'on habite à la campagne, donc on doit prendre le bus très tôt, vers 16h30", explique la jeune femme. "C'est inutile je trouve", complète son ami. Pour Joséphine, "cela fait sortir les gens plus tôt, donc on est plus que si c'était plus étalé sur la journée, jusqu'à 19 heures. Les gens seraient moins rassemblés que maintenant."

"Là, tout le monde va en ville vers 16 heures."

Joséphine, 18 ans

à franceinfo

"C'est une catastrophe !", estime pour sa part Clara, vendeuse de vêtement dans le centre de Reims. "Déjà, en temps normal depuis la réouverture, c'est un peu compliqué, mais là avec le couvre-feu, c'est dur. D'habitude, on ferme à 19 heures, donc on perd des heures. Et on perd du coup de la clientèle. C'est dur, c'est vraiment un coup de massue."

Le non-respect du couvre-feu est puni par une amende 135 euros. Des dérogations sont possibles, pour un motif professionnel par exemple, ou pour raison de santé. Il faut dans ces cas-là une attestation.

Le couvre-feu avancé à 18 heures est en place à Reims.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Couvre-feu

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.