Couvre-feu : tolérance zéro lors des contrôles

Le gouvernement a promis de faire respecter le nouveau couvre-feu en multipliant les contrôles à partir de 20 heures. Dans la nuit du mardi 15 au mercredi 16 décembre, les policiers ont fait preuve d’une tolérance zéro. 

France 2

Mardi 15 décembre, au premier jour du couvre-feu, les contrôles s’enchaînent dès 20 heures passées. Gare de Lyon, à Paris, ceux qui ne peuvent présenter un billet de train ou une attestation aux policiers écopent d’une amende de 135 euros. C’est le cas d’un chauffeur de taxi, venu chercher ses clients, et qui pensait être en règle. "Son attestation, c’est l’ancien modèle et pas l’attestation pour le couvre-feu, donc cette attestation n’est pas en règle", explique le commissaire Christophe Guénard, de la brigade des réseaux franciliens. 

802 verbalisations

Les policiers ont une consigne : tolérance zéro pour cette première nuit de contrôles. Le gouvernement a promis de faire respecter le nouveau couvre-feu en multipliant la présence des forces de l’ordre dans les rues. Ce soir-là, 45 000 contrôles ont été effectués ; ils ont donné lieu à 802 verbalisations. Le silence s’est emparé de la capitale. Une nouvelle étape qui devrait durer au moins jusqu’au 20 janvier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Contrôle d\'une attestation de déplacement pendant le confinement, le 20 novembre 2020 à Metz (Moselle).
Contrôle d'une attestation de déplacement pendant le confinement, le 20 novembre 2020 à Metz (Moselle). (NICOLAS BILLIAUX / HANS LUCAS / AFP)