Conflit taxis - VTC : deuxième journée de mobilisation des taxis à Toulouse

La proposition du gouvernement de racheter leurs licences n'y fait rien. Des dizaines de chauffeurs bloquent les axes routiers, le point avec France 3.

FRANCE 3

A Toulouse (Haute-Garonne) ce 5 avril marque la deuxième journée de mobilisation des chauffeurs de taxis. Malgré les annonces du gouvernement, leur détermination reste intacte. Ce mardi matin dès six heures ils ont paralysé les abords de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, bloquant des dizaines d'automobilistes, pas toujours compréhensifs. "Franchement vous avez eu quoi depuis que vous bloquez les routes ? Rien du tout !", lâche un automobiliste.

Taxer VTC et taxis

Et pourtant si, lundi les taxis ont obtenu une avancée du gouvernement avec le rachat de certaines licences, mais ici, la mesure ne convainc pas. "Si on me rachète ma licence, je fais quoi ? Je n'ai pas droit au chômage", lance un chauffeur de taxi. Selon certaines estimations, racheter les licences pourrait couter 4,5 milliards d'euros. Une somme qui ni l'État, ni le contribuable n'auront a déboursé assure le rapporteur de la proposition. C'est des taxes sur les plateformes de  VTC et de taxis qui financeront la mesure. Pour ces plateformes, le cout de la mesure pourrait atteindre 135 euros par chauffeur et par mois. Une somme qui risque d'être répercutée sur le prix payé par le client.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les chauffeurs de taxis bloquent le périphérique autour de Toulouse, dans le sud de la France, lors d\'une manifestation contre les voitures Uber et les VTC le 4 avril 2016.
Les chauffeurs de taxis bloquent le périphérique autour de Toulouse, dans le sud de la France, lors d'une manifestation contre les voitures Uber et les VTC le 4 avril 2016. (REMY GABALDA / AFP)