Que faire des symboles des figures coloniales ou esclavagistes ?

Emmanuel Macron a fermé la porte à ceux qui veulent débaptiser des salles au nom de personnages au passé esclavagiste ou faire tomber leurs statues. Mais le mouvement gagne toute l’Europe.

FRANCEINFO

Du Royaume-Uni à la Belgique en passant par l’Italie, partout les monuments honorant les figures du passé colonial ou esclavagiste sont la cible des manifestants antiracistes. Parmi les personnages qui font polémique en France, Jean-Baptiste Colbert. Il a restauré les finances du pays sous Louis XIV et est à l’origine du Code noir qui réglementait l’esclavage. Un très lointain successeur de Colbert, Jean-Marc Ayrault, pense qu’il faut débaptiser la salle Colbert à l’Assemblée : "Il faut qu’enfin, on dise ce qu’a été l’esclavage colonial, qui est une souffrance terrible pour ceux qui ont été marqués personnellement par leurs ancêtres, par cette histoire et qui laisse des blessures pas réparées. Il faut des actes forts."

Ériger des contre-monuments

Emmanuel Macron se dit contre la destruction de statues. Plutôt que de déboulonner, l’Élysée suggère d’ériger des monuments en hommage à ceux qui se sont battus dans le camp d’en face. Alors que les statues de l’ancien roi Leopold II tombent les unes après les autres, la Belgique veut aller plus loin. Certains hommes politique réclament une commission sur la colonisation, d’autres demandent au roi Philippe de présenter ses excuses pour les actes de son prédécesseur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vue de la statue de Colbert, devant l\'Assemblée nationale à Paris. C\'est l\'une des statues pointées du doigt par certains militants antiracistes.
Vue de la statue de Colbert, devant l'Assemblée nationale à Paris. C'est l'une des statues pointées du doigt par certains militants antiracistes. (JOEL SAGET / AFP)