Esclavage : la ville de Bordeaux face à son histoire de port négrier

Publié
Esclavage : la ville de Bordeaux face à son histoire de port négrier
France 3
Article rédigé par
P-Y.Salique, B.Poulain, C.Pary, S.Malin - France 3
France Télévisions

En 2001, le trafic d'esclaves était officiellement reconnu comme un crime contre l'Humanité. Depuis, plusieurs villes ont entamé un long travail de mémoire, comme à Bordeaux, en Gironde. Une association propose un parcours pédagogique pour aborder ce passé longtemps tabou.

C'est une visite dans les rues de Bordeaux, en Gironde, mais aussi dans le temps : le XVIIIème siècle notamment, sur les traces du passé esclavagiste de la ville. Avec Nantes (Loire-Atlantique), Bordeau fut le principal port négrier français : 480 expéditions vers les Antilles ou vers l'Afrique ont été organisées, et 150 000 Noirs ont été déportés. Bordeaux doit sa prospérité au sucre et au commerce légal d'êtres humains.

Un pan d'histoires personnelles

"Cette ville exploite, par exemple, la colonie la plus riche d'Amérique qui est Haïti : 500 000 esclaves et 30 000 colons. 40% de ces 30 000 colons sont d'ici. Oui, c'est une ville qui doit encore beaucoup à cette exploitation à laquelle on a soumis les Africains", explique Karfa Diallo, de l'association Mémoires et partages. Parmi les visiteurs ce jour-là, certains se sentent très concernés : c'est un pan de leur histoire personnelle. "C'est assez intéressant de se rendre compte qu'aujourd'hui, on se balade tout à fait librement là où mes ancêtres, il y a quelques siècles, étaient enchaînés", constate Gaelle Polygone.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Commémoration de l'abolition de l'esclavage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.