Cet article date de plus de huit ans.

Chine: cérémonies fastueuses en mémoire de Mao Tsé-toung

Un feu d'artifice de quatre heures, des milliers de pèlerins devant l'ancienne demeure de Mao Tsé-toung, les Chinois ont rendu un hommage faste ce jeudi à l'ancien leader du Parti communiste, à l'occasion du 120e anniversaire de sa naissance. De son côté, le président Xi Jinping a rappelé que Mao n'était pas un dieu.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Reuters)

1,94 milliard de yuans, soit 120 millions d'euros. C'est la
somme dépensée par la ville de Shaoshan (province du Hunan) pour la commération
du 120e anniversaire de la naissance de Mao Tsé-toung. Une bonne
partie de la dépense est partie en fumée dans des feux d'artifices monstres, dépassant
les quatre heures. Les visiteurs se sont fait offrir des nouilles, le plat
traditionnel pour les anniversaires, qui symbolise la longévité.

"Mao a été un dirigeant exceptionnel de la nation chinoise"  (un admirateur de Mao)

"Mao a été un dirigeant exceptionnel de la nation
chinoise, il était parfait et c'est quelqu'un dont nous pouvons beaucoup
apprendre, nous les jeunes
", a assuré Jiang Qi, 33 ans, l'un des milliers
de pèlerins qui ont veillé toute la nuit devant la maison de naissance du "Grand timonier ". Certains, en écharpe écarlate, entonnaient des chants
emblématiques de la période maoïstes, comme "l'Orient est rouge".

D'autres pèlerins s'agenouillaient
religieusement devant des statues, brûlant des bâtons d'encens et récitant des
poèmes. Une ambiance de dévotion qui tranche avec le discours du président
chinois, Xi Jinping.

"Les dirigeants révolutionnaires ne sont pas des dieux, mais des êtres humains"  (Xi Jinping)

"Les dirigeants révolutionnaires ne sont pas des dieux,
mais des êtres humains
", déclare le leader chinois, qui s'est rendu dans
la journée au mausolée de Mao, place Tiananmen, à Pekin. "On ne peut pas
les vénérer comme des dieux ou refuser de permettre aux gens de signaler leurs
erreurs et de les corriger juste parce qu'ils sont grands ; mais on ne peut pas
non plus les rejeter totalement et effacer leurs accomplissements historiques
juste parce qu'ils ont commis des erreurs
", a ajouté le président chinois.
Depuis quelques années, la ligne officielle concernant son héritage veut que
les actions de Mao étaient "justes à 70% et erronées à 30% ".

Une stricte censure empêche les Chinois d'accéder à toute
autre version de leur histoire autre que celle du parti au pouvoir.

Des "néo-maoïstes" arrêtés

Mao est devenu ces dernières années un point de ralliement
pour tous ceux qui déplorent l'écart abyssal entre riches et pauvres ou la corruption
endémique. Ainsi, une centaine de "néo-maoïstes " se qualifiant
d'"amis-internautes rouges ", militants à la gauche du PCC, étaient
ainsi venus à Shaoshan, agitant des drapeaux rouges et réclamant
"l'anéantissement de l'impérialisme américain ". Un comble : plusieurs
d'entre eux ont révélé que la police avait interpellé nombre d'activistes
pro-Mao dans différentes provinces, dans le but de les empêcher de célébrer l'anniversaire.
Un signe d'embarras évident des autorités. "La police a arrêté beaucoup,
beaucoup d'entre nous
", s'est désolé M. Wei, ne livrant que son nom de famille
par peur de représailles.

Mao Tsé-toung, qui mena le PCC à la victoire en 1949 après une sanglante
guerre civile, a été l'artisan de désastreuses campagnes politiques qui ont fait
des dizaines de millions de morts. En particulier lors du Grand bond en avant
(1958-62) et pendant la décennie de la Révolution culturelle, lancée en 1966.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.