Cet article date de plus de cinq ans.

Cette start-up vous propose de rompre à votre place

The Breakup Shop propose toute une série de services, de l'appel au texto en passant par la lettre, pour mettre un terme à une relation amoureuse.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran du site internet "The Breakup Shop", le site qui propose de rompre à votre place. (THE BREAKUP SHOP)

Vous voulez rompre avec votre petit(e) ami(e) ? Il y a une start-up pour ça. The Breakup Shop (en anglais), lancé la semaine dernière par deux Canadiens, propose à ses clients de gérer leur rupture amoureuse à leur place. Plusieurs formules sont proposées : pour 10 dollars, The Breakup Shop envoie un texto, pour 29, l'entreprise téléphone à l'amant éconduit. Vous pouvez même offrir des cadeaux à votre ex pour vous faire pardonner.

Un journaliste du site Motherboard (en anglais) a testé le service. L'entreprise a appelé sa petite amie – prévenue à l'avance. "Plusieurs petites choses dans cet appel m'ont mis mal à l'aise et font de moi un client insatisfait", écrit-il. La start-up a quelque peu romancé les informations qu'il avait fournis, en évoquant l'insistance de son amie par rapport au mariage. Le journaliste leur avait simplement dit qu'elle lui réclamait une bague en diamant.

Existe-t-il un marché dans ce secteur ?

L'un des fondateurs, Evan Mackenzie, a reconnu que son service n'était peut-être pas adapté pour les longues relations, comme celle du journaliste. Dans son esprit, son service est plus adapté aux brèves liaisons. L'idée lui est d'ailleurs venu après la fin brutale d'une telle aventure : la fille qu'il fréquentait a simplement fait la morte du jour au lendemain. "Le minimum lors d'une rupture, c'est de rompre clairement", explique-t-il. Et c'est là que The Breakup Shop entre en scène.

Le projet ne semble cependant pas très sérieux. Avant l'article de Motherboard, les frères Mackenzie n'avaient reçu que neuf commandes. Mais ils y croient : "La première fois que quelqu'un est monté dans un Uber, je suis sûr qu'il s'est demandé 'mais qu'est-ce que je fais dans la voiture d'un étranger ?'", explique Evan Mackenzie. On peut cependant douter que The Breakup Shop connaisse le même succès.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.