Bordeaux : le gérant de l'épicerie musulmane risque jusqu'à trois ans de prison

Le préfet de Bordeaux a décidé de saisir la justice suite à la polémique déclenchée par un épicier qui avait décidé d'interdire la mixité dans son épicerie. France 2 fait le point.

France 2

Depuis quelques jours, la décision d'un épicier musulman de distinguer des jours d'ouverture pour les clients hommes et d'autres pour les femmes, fait polémique à Bordeaux. Pour lui, la pratique de l'Islam n'autorise pas la mixité, mais cette pratique en France est illégale.

Le préfet en appelle à la justice

Dans ce quartier populaire de Bordeaux, où la communauté musulmane est importante, c'est l'incompréhension. Pour le grand imam de la ville, il s'agit d'un repli identitaire à l'opposé du message du Coran. "Ironie de l'histoire, cette épicerie jouxte les locaux d'une association de lutte contre le racisme", rapporte le journaliste de France 2. Ces pratiques discriminatoires ont fermement été condamnées par le maire de Bordeaux, Alain Juppé. La peine encourue est de trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende. Le préfet a saisi la justice.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'épicerie de Bordeaux qui imposait des jours d\'ouverture différents pour les hommes et les femmes.
L'épicerie de Bordeaux qui imposait des jours d'ouverture différents pour les hommes et les femmes. (FRANCE 3 AQUITAINE)