Cet article date de plus de sept ans.

Bientôt un site officiel en faveur du droit à l'avortement ?

La ministre des Droits des femmes va s'emparer d'une proposition du Haut conseil à l'égalité pour contrebalancer la forte influence des anti-IVG.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, va créer fin septembre 2013 le premier site officiel d'information sur l'IVG, selon France Inter. (AJ PHOTO / BSIP / AFP)

Créer un site institutionnel "clair et volontariste en faveur du droit à l'avortement". C'est la recommandation du Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh), pour contrebalancer la forte influence des anti-IVG sur internet. Cette suggestion apparaît dans un rapport qui sera remis vendredi 13 septembre à Najat Vallaud-Belkacem. La ministre des Droits des femmes va s'emparer de cette proposition et ainsi créer, fin septembre, le premier site officiel d'information sur l'IVG, selon France Inter. "Il contiendra des informations de base : où, quand et comment avorter, en rappelant que l'IVG est un droit", précise la radio sur son site.

Les sites anti-avortement à l'apparence "neutre, voire institutionnelle" délivrant une information "fallacieuse" sont les premiers référencés et les plus visibles sur internet, rapporte le Haut conseil à l'égalité. 222 500 avortements sont pratiqués chaque année en France, où l'IVG est intégralement remboursée depuis janvier 2013.

Un meilleur référencement et une campagne nationale

Dans le détail, le rapport recommande de mettre en place un site internet institutionnel destiné aux femmes et aux professionnels, un numéro national "guichet unique" anonyme et gratuit, ainsi qu'une équipe de veille et d'animation. Enfin, il propose d'organiser la première campagne nationale d'information dévolue notamment à la question du droit à l'avortement. Cette étude sur l'information relative à l'avortement sur internet sera suivi le 21 octobre d'un rapport global portant sur l'accès à l'IVG.

De son côté, le ministère des Droits des femmes a incité Google à mieux référencer certaines associations comme le Planning familial, indique France Inter. "Un programme appelé 'Google Grants' représentant 10 000 euros d'achat de publicité sera mis en place. A chaque fois qu'un internaute tapera IVG ou avortement dans Google, il verra apparaître le nom de ces sites officiels", précise la radio.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.