Paris veut expérimenter le naturisme dans l'un de ses parcs

Le premier adjoint socialiste de Paris, Bruno Julliard, a soutenu, lundi, la proposition de ses alliés écologistes d'installer un camp naturiste à Paris.

Bronzage sauvage sur les bords de la Seine, à Paris, le 15 août 2016.
Bronzage sauvage sur les bords de la Seine, à Paris, le 15 août 2016. (WILLIAM ABENHAIM / SIPA)

Se promener nu en plein Paris, vous en rêviez ? Le Conseil de Paris a voté, lundi 26 septembre, un "vœu" en ce sens sur une proposition du groupe écologiste : la création d'une zone naturiste dans la capitale. Invité de BFMTV, le premier adjoint socialiste de la ville, Bruno Julliard, a déclaré, lundi matin, qu'il y était favorable. "Je suis pour et je crois que la maire de Paris aussi. Donc on va le faire", a-t-il assuré.

"Nous avons deux millions de naturistes en France, deux fois plus l'été avec les visiteurs. Paris est pour eux la première destination touristique au monde et il n'y a aucun lieu qui leur est dédié en plein air, développe David Belliard, coprésident du groupe écologiste au FigaroOn souhaite expérimenter un espace récréatif dans lequel les naturistes puissent se dénuder librement."

Un lieu à déterminer

Il s'agira maintenant de trouver un lieu d'expérimentation, "peut-être un des deux bois de Paris (Vincennes ou Boulogne), près d'un lac, avec un encadrement réglementé pour qu'il n'y ait pas de trouble à l'ordre public", a-t-il ajouté.

Pas sûr toutefois que l'opposition de droite se montre favorable à cette proposition. "C'est démentiel, c'est une provocation", juge Eric Azière, président du groupe UDI-MoDem au Conseil de Paris. "Ce genre de propositions, c'est prêter le flanc à un tas de revendications communautaristes."

Paris n'est pas la première grande ville à se pencher sur le sujet. En Europe, plusieurs grandes villes, comme Munich, Barcelone et Berlin, ont déjà inauguré des lieux réservés aux adeptes de la nudité.