Autoroute : des panneaux d'intérêt culturel, mais aussi économique

Les panneaux d'intérêt culturel ou touristique jalonnent les autoroutes. Une ville, le nom d'un site, un dessin stylisé, un panneau tout simple, mais qui rapporte beaucoup...

FRANCE 2

Pour Patricia Poelaert, propriétaire du château de Couches (Saône-et-Loire), les panneaux de signalisation sont nécessaires, car le château n'est pas facile à situer. Racheté en 2009 et ouvert au public depuis, le château accueille chaque année 30 000 visiteurs. Et depuis l'installation des panneaux il y a trois mois, la fréquentation a augmenté de 27%.

Comment les sites sont-ils choisis ?

Il a fallu quatre ans de démarches pour que les deux panneaux soient installés sur l'autoroute. La première condition avant même de pouvoir faire la demande, c'est de disposer d'autres panneaux plus petits sur les routes nationales et départementales pour que les visiteurs une fois sortis de l'autoroute soient guidés jusqu'à la porte du château. 12 panneaux secondaires à 1 000 euros la pièce, Patricia a également dû remplir un dossier pour motiver sa demande qu'elle a envoyée directement à la société d'autoroute. Le lieu en question doit se trouver à moins de 30 km de l'autoroute et présenter un intérêt culturel.

Officiellement l'objectif est sécuritaire. Il s'agit de rompre la monotonie de l'autoroute. Un enjeu également financier puisque les panneaux rapportent entre 20 000 et 50 000 euros à la société d'autoroute.

Le JT
Les autres sujets du JT