Cet article date de plus de douze ans.

Autonomie des universités: où en est-on ?

51 universités françaises seront autonomes au 1er janvier 2010, soit 60 % de l'ensemble
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Amphithéâtre d'université (© F2)
51 universités françaises seront autonomes au 1er janvier 2010, soit 60 % de l'ensemble51 universités françaises seront autonomes au 1er janvier 2010, soit 60 % de l'ensemble Une annonce faite vendredi par la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse. 33 universités rejoindront à cette date les 18 pionnières.

Selon elle, les universités autonomes disposeront d'un financement total de 3,5 milliards d'euros. La France compte 83 universités.

L'an prochain, ces 33 universités gèreront donc elles-mêmes leur budget et leurs ressources humaines (en particulier leur masse salariale), comme le prévoit la loi "libertés et responsabilités" (LRU) de 2007, selon laquelle tous les établissements seront autonomes d'ici 2012.

Ces universités, auxquelles s'ajouteront trois Ecoles normales supérieures (deux à Lyon, Ulm à Paris) et trois Instituts nationaux polytechniques, sont Aix-Marseille-I et III, Angers, Avignon, Besançon, Bordeaux-I et II, Brest, Clermont-Ferrand-II, Compiègne, Dijon, Grenoble-I, Lille-II, Littoral Côte d'Opale (Dunkerque), Lorient, Lyon-III, Metz, Montbéliard, Montpellier-II, Nantes, Nice, Paris-II (Assas), XI (Orsay), XII (Val-de-Marne) et XIII (Villetaneuse), Pau, Poitiers, Rennes-I et II, Toulouse-III, Tours, Valenciennes et Versailles-Saint-Quentin.

Au total, elles représentent 65.400 emplois pour 5,5 milliards d'euros de masse salariale, ainsi que 583.400 étudiants.

Les 18 universités déjà autonomes sont Aix-Marseille-II, Cergy-Pontoise, Clermont-Ferrand-I, Corte, Limoges, Lyon-I, Marne-la-Vallée, Montpellier-I, Mulhouse, Nancy-I, Paris-V, VI et VII, La Rochelle, Saint-Etienne, Strasbourg, Toulouse-I et l'université technologique de Troyes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.