Cet article date de plus de six ans.

Attentats à Paris : vague d'émotion et d'hommages en France et dans le monde

Plusieurs milliers de personnes se sont spontanément rassemblées samedi après-midi, à Paris comme dans de nombreuses villes de province, en mémoire des victimes des attaques terroristes vendredi qui ont fait 129 morts. Des moments de recueillement et de solidarité qui se sont également multipliés à l'étranger.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Le symbole de paix associé à celui de la Tour Eiffel est repris partout à travers le monde. © Maxppp)

Cette fois, il n'y a pas eu de très grandes manifestations dans les villes comme il y a 10 mois, juste après l'attaque de Charlie Hebdo , où plus de 3,5 millions de personnes avaient défilé dans toute la France et notamment à Paris. Ce samedi soir les grandes artères de la capitale sont ainsi désertées :

Une conséquence directe de la proclamation de l'état d'urgence, assortie d'une interdiction de manifester sur la voie publique en Ile- de-France, et ce au moins jusqu'à jeudi. Décision qui s'explique par la volonté d'éviter tout regroupement important pouvant fournir une cible potentielle à d'éventuels terroristes. Une prudence relayée par de nombreuses villes de province.

Des rassemblements dans toute la France, malgré l'état d'urgence

Les Français se sont tout de même spontanément réunis dans toutes les villes du pays, pour des minutes de silence, des dépôts de fleurs et de bougies ou de dessins d'enfants, en mémoire de toutes les victimes des attentats de Paris. Des regroupements parfois importants comme en Isère :

Un élan de solidarité mondial

Les couleurs tricolores s'affichent ainsi partout dans le monde en mémoire de toutes les victimes des attentats, dont le bilan, provisoire, est de 129 morts et plus de 300 blessés.

Tout le monde rend hommage à la , la tour Eiffel éteinte pour la première fois ... pic.twitter.com/VIw4v13Zrg

  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.