Après la BD sur la "charge mentale", un trentenaire lance une pétition pour allonger le congé paternité et faire "un grand pas vers l'égalité hommes-femmes"

Après le succès de la BD de la dessinatrice Emma sur la "charge mentale", l'organisation des tâches ménagères qui incombe souvent aux femmes, un trentenaire a eu l'idée de lancer une pétition en forme de plaidoyer pour l'allongement du congé paternité. Il explique pourquoi à franceinfo.

Un père et son bébé, pris en photo le 19 mars 2017.
Un père et son bébé, pris en photo le 19 mars 2017. (SOFIE DELAUW / CULTURA CREATIVE / AFP)

Après avoir lu une BD sur la "charge mentale", un concept utilisé pour évoquer le rôle souvent prépondérant des femmes dans l'organisation des tâches ménagères au sein du foyer, Naro Sinarpad réclame l'allongement du congé paternité. Cet informaticien de 30 ans, qui utilise un pseudonyme pour préserver son anonymat, a lancé vendredi 12 mai une pétition en ce sens. Mercredi 31 mai, elle a déjà recueilli plus de 11 400 signatures sur la plateforme Change.org.

>> "Charge mentale" : quatre réponses à vos amis qui assurent qu'ils partagent les tâches ménagères

"Aujourd'hui en France, notre congé de paternité et d'accueil est limité à 11 jours consécutifs. En pratique, ça signifie qu'en moins de deux semaines, le deuxième parent laisse sa femme et repart travailler (...) Ce départ est souvent vécu par les deux conjoints comme un traumatisme", écrit Naro Sinarpad. "Un grand pas serait fait en passant le congé parental de 11 jours consécutifs à quatre semaines complètes", plaide-t-il.

Pour comprendre pourquoi le jeune homme s'est lancé dans une telle initiative, franceinfo l'a interviewé.

Franceinfo : Qu'est-ce qui vous a poussé à lancer cette pétition ?

Naro Sinarpad : Je suis depuis longtemps la dessinatrice Emma sur Facebook. Dans sa bande dessinée sur la charge mentale [postée le 9 mai], elle explique que malgré le partage des tâches ménagères dans un couple, les femmes ont toujours la responsabilité de gérer l'organisation du foyer. Elle dit aussi que les hommes ne se saisissent pas de certaines questions, car elles sont jugées féministes. Je pense que cela peut provenir de la durée du congé paternité. A un moment, dans la BD, la dessinatrice Emma évoque ce moment où le conjoint repart travailler alors que la mère est encore en congé maternité. C'est un moment-clé.

La mère a plusieurs semaines de congés, d'abord et surtout pour se remettre de l'accouchement, puis pour s'adapter à ce rôle de parent. Le père n'a que 11 jours, ce qui est très insuffisant. Après cette période, les pères laissent leur conjoint avec le bébé et ont, de ce fait, tendance à moins s'impliquer. Par exemple, dans les pays qui ont une durée du congé paternité plus longue, le partage des tâches se fait plus facilement. L'égalité entre hommes et femmes avance en France, mais pas sur ce point. L'allongement de la durée du congé paternité pourrait permettre de faire un grand pas.

Vous êtes-vous inspiré de votre situation personnelle ?

Non, car je ne suis pas papa ! Mais j'ai une sœur et un frère. Tout le monde a été élevé de la même manière, logé à la même enseigne. A 30 ans, on commence aussi à avoir des amis qui ont des enfants. Ce n'est donc pas un vécu personnel, mais indirect. Deux à trois personnes de mon entourage m'ont aidé à écrire le texte. Une amie sage-femme par exemple, mais également des hommes. Ils n'ont pas tous des enfants mais sont militants. Car pour lancer ce genre de pétition, il faut une fibre militante et penser qu'une pétition peut changer les choses.

Beaucoup d'hommes ne se rendent pas compte que nous sommes en retard sur l'égalité entre hommes et femmes au niveau du salaire, des enfants...Naro Sinarpadà franceinfo

Je pense que c'est un combat sur lequel la société est prête à s'ouvrir aujourd'hui. Même si les personnes qui commentent et relayent ma pétition sur les réseaux sociaux sont pour les trois quarts des femmes et pour un quart des hommes...

Qu'en pense la dessinatrice Emma ?

Elle est contente de cette pétition ! Elle l'a partagée sur Facebook le 13 mai, le lendemain de sa mise en ligne. Je ne l'ai jamais rencontrée mais depuis la création de la pétition nous sommes en contact. Elle est satisfaite de voir que c'est un homme qui a pris le sujet en main. Car les hommes traînent des pieds alors qu'ils sont directement concernés par le sujet.

Qu'allez-vous faire de cette pétition ?

Maintenant qu'elle a dépassé les 10 000 signatures, il faut que j'essaie de la porter à un niveau politique. Mais j'attends les résultats des législatives. Je veux savoir si le gouvernement change et quels ministres pourront porter ces questions-là. C'est dans deux semaines, cela va être rapide. J'ai commencé à poser les jalons, mais rien ne pourra être voté tant que l'Assemblée n'est pas constituée.