Appliquer la TVA chez les boulangers, ce n’est pas du gâteau !

A partir du 1er janvier, les boulangers devront appliquer pas moins de trois taux de TVA différents en fonction des produits qu’ils vendent. Le ministère de l’Economie tente de minimiser la complexité du dossier.

(Angelika Jakob AFP)

Il était déjà difficile d’être au four et au moulin en même
temps. On vous laisse imaginer combien l’affaire va se compliquer quand en
plus le boulanger devra faire ses comptes le soir. C’est ainsi qu’acheter une baguette,
un sandwich et une boite de chocolats peut paraître anodin pour tout un chacun
et pourtant sur le plan comptable, l’affaire va s’avérer grandement complexe puisque chaque produit disposera de son propre taux de TVA.

La baguette sera taxée à 5.5 %, le sandwich à 7% et la boîte
de chocolat à 19.6%. Mais attention, l’affaire se compliquera pour une quiche.
Si vous décidez de la manger chez vous, le taux de TVA sera de 5.5%. Mais si
vous avez une grande faim et que vous préférez avaler cette même quiche dans
la boulangerie, alors, patatras, votre petite gourmandise verra son taux
changer et passer de 5.5% à 7%. 

Bercy joue l’apaisement avec la profession

Au ministère de l’Economie, si on reconnaît que trouver le
juste prix ne sera pas forcément de la tarte, on indique toutefois que dans la
plupart des cas les produits vendus en boulangeries pâtisseries resteront au
taux réduit de TVA de 5.5%, tandis que les sandwichs et autres produits chauds
seront soumis à un taux unique de 7%.

Si pour l’heure, tout n’est pas encore limpide, cela devrait
le devenir rapidement puisque Bercy annonce l’arrivée d’une instruction fiscale
pour le début de la semaine. Un petit papier explicatif qui toujours d’après le
ministère sera envoyé avec la bénédiction de la profession. Reste que le changement de TVA commence le 1er janvier et que dans l'attente du papier magique de Bercy, les boulangers resteront dans le pétrin.