Reportage "L'envie commune de se révolter" : à Courbevoie, un rassemblement de 200 à 300 personnes en soutien à la victime d'un viol

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans la ville des Hauts-de-Seine, en région parisienne, près d'une semaine après l'agression antisémite d'une fille de 12 ans.
Article rédigé par Camille Laurent - édité par Julien Ricotta
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Un rassemblement à Courbevoie, vendredi 21 juin, après le viol antisémite d'une jeune fille de 12 ans. (CAMILLE LAURENT / FRANCEINFO)

L'agression et le viol à caractère antisémite d'une fille de 12 ans à Courbevoie, le week-end dernier, provoque un vif émoi dans la société. Un nouveau rassemblement s'est tenu vendredi 21 juin au matin dans cette ville des Hauts-de-Seine, en région parisienne. Le parvis de la mairie était bondé, avec 200 à 300 personnes réunies sous des parapluies pour assister à cette cérémonie républicaine, commencée avec le discours du maire LR de Courbevoie, Jacques Kossowski.

"Vous êtes nombreux à avoir répondu présent à ce moment solennel. Ce viol a ému tout Courbevoie et bien au-delà de notre commune. Car à l'horreur du geste s'est ajoutée l'infamie du mot : l'antisémitisme, a déclaré l'élu. Dans votre présence massive, je vois l'envie commune de se révolter de toutes nos forces. Dans votre présence, je vois aussi une société qui souhaite avant tout apporter son soutien à une jeune fille et à sa famille."

Un rassemblement à Courbevoie, vendredi 21 juin, après le viol antisémite d'une jeune fille de 12 ans. (CAMILLE LAURENT / FRANCEINFO)

"Il faut regarder ce phénomène avec clarté" 

Des enfants ont ensuite lu un extrait de La vie devant soi de Romain Gary pour rendre hommage à cette fille victime d'un viol perpétré par des adolescents, qui l'ont traité de "sale juive". Deux garçons de 13 ans ont été mis en examen et un troisième, âgé de 12 ans, a été placé sous le statut de témoin assisté.

Face à cette agression, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Yonathan Arfi a demandé à "tirer la sonnette d'alarme". "L'explosion des actes antisémites dans notre pays depuis le 7 octobre, avec des chiffres tout à fait impressionnants, doit cesser", a-t-il déclaré. "Il faut regarder ce phénomène avec clarté si on veut le combattre avec efficacité", a ajouté le président du Crif.

Un représentant de la communauté musulmane était également présent sur scène et dans la foule, à côté de drapeaux israéliens, de nombreux citoyens sont venus montrer leur soutien. Ce qui a ravi Claire, qui se présente comme une Française de confession juive. "J'ai un petit espoir ce matin, bravo ! Ma grande surprise, vraiment, c'est de voir qu'il y a presque moins de juifs que de Français chrétiens ou que de Français musulmans. C'est la première fois que je suis soulagée de voir qu'ils ont répondu à l'appel ou qu'ils sont venus marquer leur solidarité avec la communauté juive. J'ai le cœur un peu plus chaud ce matin", se réjouit-elle. 

Au bout d'un quart d'heure, la cérémonie s'est conclue sur une Marseillaise reprise par le public. Un nouveau rassemblement est prévu à Courbevoie, dimanche 23 juin, devant le centre culturel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.