Rassemblements : des paroles contre l'antisémitisme

Des milliers de Français se sont rassemblés ce mardi 19 février place de la République, à Paris, et ailleurs en province, pour dire stop à l'antisémitisme. Tôt mardi matin, 96 tombes d'un cimetière juif à Quatzenheim (Bas-Rhin) ont été découvertes profanées. L'indignation et la colère montent.

Un sursaut républicain, mais aussi un sursaut citoyen pour dire : ça suffit. "Je suis prof et j'ai honte parce que je me dis que je n'ai pas fait le boulot qu'il fallait", lâche une femme. "Qu'on puisse encore aujourd'hui véhiculer des absurdités pareilles et faire ça, c'est monstrueux, c'est innommable... Je ne supporte pas", ajoute-t-elle. "Je suis protestante, mais c'est très important qu'on ne puisse pas accepter la haine, parce que la haine est partout", renchérit une riveraine.

"Les juifs ont toujours été persécutés"

Dans la foule, ils sont nombreux ceux pour qui souffle aujourd'hui en France les vents mauvais de l'histoire. "Je suis né en 1936, j'ai vécu la guerre, j'ai 83 piges et je peux vous dire que quand je vois ce qui se passe aujourd'hui, jamais je me serais imaginé que dans ma fin de vie qu'il y aurait une résurgence de l'antisémitisme à ce niveau-là !", déplore un fils de déporté. "Mon père était un grand résistant, blessé de guerre et tout. À ce titre-là, je suis là", explique un homme. À Marseille (Bouches-du-Rhône), sur le Vieux-Port, c'est un appel à la fraternité qui a retenti. "Les juifs ont toujours été persécutés et je ne comprends pas pourquoi", confie une femme. "J'ai les boules, comme on dit à Marseille. C'est pour ça que je suis là. Je les soutiens fortement", assure un habitant. Juifs, chrétiens, musulmans, athées... Mardi soir, ce sont des milliers de républicains qui tiennent à défendre leurs valeurs qui se sont rassemblés.

Le JT
Les autres sujets du JT
La statue de la place de la République, à Paris, le 6 mai 2017.
La statue de la place de la République, à Paris, le 6 mai 2017. (ALEXANDROS MICHAILIDIS / SOOC / AFP)