Explosion des actes antisémites : treize personnes, dont sept fichés S d'ultradroite, ont été interpellées après des tags de croix gammées à Paris

Ces interpellations interviennent dans un contexte de forte montée des actes antisémites en France, puisque plus de 1 500 faits ont été commis depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Photo d'illustration d'une croix gammée sur l'une des colonnes de la rue de Rivoli, à Paris, le 11 octobre 2020. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Les actes antireligieux progressent depuis le début conflit entre Israël et le Hamas. Nouvelle illustration, samedi 25 novembre à Paris, où 13 personnes, dont sept fichées S d'ultradroite, ont été interpellées pour des tags de croix gammées au sol dans le 17e arrondissement de la capitale, a annoncé le parquet de Paris.

Les 13 individus ont été arrêtés pour dégradation ou détérioration du bien d'autrui "en raison de la race, l'ethnie, la nation ou la religion" et pour provocation publique à la haine, à la violence ou à la discrimination raciale, a précisé le parquet. Les investigations ont été confiées au commissariat du 17e arrondissement.

Depuis le 7 octobre et le début du conflit entre Israël et le Hamas, "il y a eu 1 518 actes ou propos antisémites", avait annoncé mi-novembre Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur. Ce qui représente "l'équivalent de trois fois ceux recensés en 2022", avait dit le président du Crif, Yonathan Arfi, le 19 novembre.

Les faits interviennent aussi alors que des membres de l'ultradroite se sont rassemblés samedi en début de soirée à Romans-sur-Isère (Drôme) pour en découdre avec des habitants du quartier de la Monnaie, près d'une semaine après la mort de Thomas, lycéen de 16 ans poignardé lors d'un bal à Crépol. La police a arrêté 20 personnes, dont 17 ont été placées en garde à vue "à la suite de violences contre les forces de l'ordre", a dit la préfecture de la Drôme à l'AFP.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.