DIRECT. La France va adopter une définition de l'antisémitisme qui intègre l'antisionisme, annonce Emmanuel Macron au dîner du Crif

Emmanuel Macron, qui a promis la plus grande fermeté contre l'antisémitisme, est attendu mercredi soir par les représentants de la communauté juive au dîner du Crif, au lendemain de rassemblements contre la multiplication des actes antijuifs.

Emmanuel Macron prononce un discours à l\'occasion du dîner du Crif, le 20 février 2019 à Paris.
Emmanuel Macron prononce un discours à l'occasion du dîner du Crif, le 20 février 2019 à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Au lendemain des rassemblements contre l'antisémitisme, Emmanuel Macron participe au traditionnel dîner du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France), mercredi 20 février au soir, à Paris. Le chef de l'Etat y a annoncé que la France allait adopter la définition de l'antisémitisme de l'Alliance internationale pour la mémoire de l'holocauste (IHRA) qui intègre l'antisionisme. Une annonce forte attendue par les représentants de la communauté juive.

L'Elysée travaille sur plusieurs pistes, selon les informations de franceinfo : créer d'abord une loi qui engagerait la responsabilité des plateformes sur les contenus antisémites et racistes. Renforcer ensuite l’éducation sur l’utilisation des réseaux sociaux. Jean-Michel Blanquer a écrit aux chefs d’établissements pour qu’ils relancent tous les dispositifs existants. Le ministre de l'Education a notamment lancé une plateforme en décembre pour que les enseignants puissent signaler tout acte de racisme ou d’antisémitisme.

 Il n’y aura pas de loi pour pénaliser l’antisionisme, en revanche. Emmanuel Macron a assuré ne pas être favorable à la pénalisation de l'antisionisme, voulue par Francis Kalifat, le président du Crif, et relayée dans une récente proposition de loi. Mais l’Elysée travaille sur la transposition d’une directive européenne, avec une définition de l’antisémitisme qui inclut la négation d’Israël. 

 En 2018, 541 actes antisémites ont été recensés, selon le ministre de l'Intérieur. Un chiffre en forte hausse (+74%), mais qui reste inférieur aux pics de 2014 (851) et 2004 (974). Les dessins représentant Simone Veil barrés de croix gammées à Paris, les arbres à la mémoire d'Ilan Halimi vandalisés dans l'Essonne, les insultes proférées samedi contre le philosophe Alain Finkielkraut pendant la manifestation des "gilets jaunes" à Paris, la profanation d'une centaine de tombes du cimetière juif alsacien de Quatzenheim et les tags antisémites découverts mercredi sur un monument aux morts à Champagne-au-Mont-d'Or, près de Lyon, n'ont fait que renforcer l'indignation.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ANTISEMITISME

23h37 : "L'objectif est de responsabiliser toutes ces plateformes qui créent une viralité autour des contenus haineux."

La députée LREM Laetitia Avia, qui présentera en mai une proposition de loi sur la lutte des propos haineux sur internet, explique sur franceinfo qu'elle proposera "un bouton unique" de signalement de propos haineux "qui s'appliquera sur toutes les plateformes" internet.

23h00 : Cher @Domauvent, Emmanuel Macron a annoncé ce soir le lancement d'un "audit" des établissements scolaires touchés par la "déscolarisation" des enfants de confession juive, déplorant que des élèves de certains quartiers soient "trop souvent" obligés de "quitter l'école publique". Plus d'explication concernant ses annonces par ici.

(LUDOVIC MARIN / AFP)

22h58 : Déscolarisation des juifs ?? Pouvez vous expliquer SVP merci

22h27 : Voici ce qu'a annoncé Emmanuel Macron ce soir, au dîner du Crif :

• Une nouvelle définition de l'antisémitisme, qui intègre l'antisionisme

• Une proposition de loi pour lutter contre la haine sur internet en mai

• La dissolution de trois associations d'extrême droite, dont le Bastion social

• La mise en place d'un audit sur la déscolarisation des enfants juifs

22h38 : Cette définition adoptée par l'Alliance internationale de la mémoire de l'Holocauste n'a pas de valeur légale @Thibault. Ce qu'a bien précisé Emmanuel Macron : "Il ne s'agit pas de modifier le code pénal, encore moins d'empêcher ceux qui le veulent de critiquer la politique israélienne (...) Il s'agit de préciser et raffermir les pratiques des nos forces de l'ordre, de nos magistrats, de nos enseignants. De leur permettre de mieux lutter contre ceux qui cachent, derrière le rejet d'Israël, la négation de l'existence même d'Israël, la haine du Juif la plus primaire."

22h22 : Est-ce que cela aura une valeur juridique ou légale ?

22h21 : Pour vous éclairer, voici ce que dit l'Alliance internationale de la mémoire de l'Holocauste sur la définition de l'antisémitisme (en anglais) : "L’antisémitisme est une certaine perception des Juifs, qui peut être exprimée sous la forme d'une haine envers les Juifs". A cette définition assez large, elle ajoute que les manifestations de cet antisémitisme "peuvent inclure le ciblage de l'Etat d'Israël, conçu comme une communauté juive. Toutefois, les critiques d'Israël à un niveau semblable à celles formulées à l’encontre d’un autre pays ne sauraient être considérées comme antisémites."

22h12 : Vous êtes très nombreux à m'interroger sur l'annonce d'Emmanuel Macron concernant la mise en œuvre, par la France, de la définition de l'Alliance internationale de la mémoire de l'Holocauste, qui intègre l'antisionisme dans l'antisémitisme.

22h05 : Peut on toujours etre contre la politique expansioniste d’Israel sans etre taxé d'antisemite ?

22h05 : Euuuh depuis quand critiquer un gouvernement et une idéologie politique est raciste ? J'espère bien que l'amalgame antisioniste et antisémitisme de sera pas adopté. Ce serait extrêmement mal venu...

22h04 : Bonsoir Selon cette définition sera il possible désormais de critiquer la politique israélienne comme on peut critiquer les politiques soviétique ou américaine ?

22h03 : La prise de parole d'Emmanuel Macron est désormais terminée. Le président de la République entonne avec la salle une Marseillaise.

(FRANCEINFO)

21h59 : Le président de la République assure enfin avoir "demandé au ministre de l'intérieur des mesures pour dissoudre des organisations discriminantes ou appelant à l'action violente" et la mise en place d'''un audit sur la déscolarisation des enfants juifs".

21h51 : Emmanuel Macron annonce aussi une proposition de loi pour lutter contre la haine sur internet, qui sera déposée "dès le mois de mai"

21h50 : Selon cette définition, l'antisémitisme intègre l'antisionisme, notamment la critique systématique à l'égard de l'Etat d'Israël.

21h43 : "L'antisionisme est une des formes modernes de l'antisémitisme", déclare Emmanuel Macron. "C'est pourquoi je confirme que la France (...) mettra en oeuvre la définition de l'Alliance internationale de la mémoire de la Shoah" (IHRA).

21h34 : "Il serait faux de dire que nous avons rien fait" contre l'antisémitisme, assure Emmanuel Macron. "Mais nous n'avons pas su agir efficacement". "Le temps est donc venu des actes tranchants."

21h31 : "Notre pays est confronté à une résurgence de l'antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde Guerre mondiale. De nouveau, l'antisémitisme tue en France."

C'est désormais le président Emmanuel Macron qui prend la parole au dîner annuel du Crif. Il cite notamment Sarah Halimi, Ilan Halimi et les victimes de l'attentat de l'Hyper Casher 2015, tués parce que Juifs.


(FRANCEINFO)

21h28 : "L'antisémitisme se portait très bien en France avant les 'gilets jaunes'. Il se porte encore mieux aujourd'hui grâce à certains d'entre eux", estime encore Francis Khalidat, président du Crif. Ce dernier se prononce en faveur d'une définition large de l'antisémitisme, qui comprenne la négation de l'Etat d'Israël. "Ne laissons plus les antisémites jouer sur les mots pour échapper aux poursuites". Voici un extrait de son discours.

21h16 : Cher @anonyme, je n'ai pas à me prononcer sur cette question. Voici néanmoins deux éléments pour vous éclairer. 1) Le contexte de ces derniers jours (annonce de la hausse des actes antisémites en 2018, insultes antisémites envers Alain Finkielkraut, croix gammées sur des tombes...) peut justifier la présence du président de la République auprès des représentants de la communauté juive. 2) Le président Macron s'est aussi rendu l'an dernier au dîner du Conseil français du culte musulman, et s'est exprimé en avril devant les évêques de France. La religion juive n'est donc pas privilégiée.

21h09 : N’est ce pas choquant de voir le gouvernement et le président de la république réunis dans un dîner privé communautaire ? (Qu’elle que soit la communauté d’ailleurs)

21h07 : "L'antisémitisme se porte de mieux en mieux dans notre pays", constate le président du Crif, citant la hausse des actes antisémites en France cette année. Selon le ministre de l'Intérieur, 541 actes antisémites ont été recensés en 2018, soit +74% en un an.

21h06 : Quelques secondes de silence sont observées "en mémoire d'Arnaud Beltrame et Mireille Knoll", le premier étant le gendarme ayant pris la place d'une otage lors d'un attentat, et la seconde, une femme juive de 85 ans. Ils ont été tués le même jour, en mars 2018, dans deux affaires séparées.

21h01 : "Mon propos ce soir sera sombre (...). Cela fait longtemps, trop longtemps que notre pays est en crise."

Le président du Crif dénonce "la radicalisation" qui "se durcit", "en politique comme en religion".

20h59 : Francis Kalifat, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), prend la parole au dîner annuel du Crif, auquel assiste Emmanuel Macron.

20h41 : Quel est l'arsenal législatif qui existe en France ? Est-il suffisant ? Quelles mesures supplémentaires peut proposer Emmanuel Macron ? Franceinfo a interrogé l'avocat pénaliste Emmanuel Daoud, membre du groupe d'action judiciaire de la Fédération internationale des droits de l'homme.

(MAXPPP)

20h45 : Le président de la République est accompagné de son épouse, Brigitte Macron, mais aussi de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, et de son collègue de l'Intérieur, Christophe Castaner. Sa prise de parole est prévue aux alentours de 21 heures.

20h34 : Emmanuel Macron arrive au dîner du Crif. Suivez notre direct consacré à cette soirée ici.

20h22 : Pas question de créer une loi pour pénaliser l’antisionisme, assure en revanche l'Elysée. Des députés ont proposé, hier, une résolution ou une proposition de loi pour que l'antisionisme soit reconnu comme un délit, au même titre que l’antisémitisme.

20h19 : Des annonces fortes sont attendues par les représentants de la communauté juive de France, à l'occasion de la venue d'Emmanuel Macron au dîner du Crif. Parmi les pistes envisagées par l'Elysée, la création d'une loi qui engagerait la responsabilité des plateformes sur les contenus antisémites et racistes. Mais aussi le renforcement de l’éducation sur l’utilisation des réseaux sociaux, a appris franceinfo.

20h17 : Nous vous en parlions plus tôt, Emmanuel Macron est attendu dans quelques minutes au traditionnel dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Pour suivre l'événement, durant lequel le président de la République doit s'adresser aux représentants de la communauté juive, je vous invite à consulter ce direct.

20h02 : Comment surveiller les cimetières juifs en France ? La multiplication des profanations de tombes pose question. Vidéosurveillance, patrouilles de police... Cet article fait le point sur ce qui est envisagé par les communes.

(FREDERICK FLORIN / AFP)

15h21 : Une stèle du souvenir, située tout près du cimetière de Champagne-au-Mont-d'Or, près de Lyon, a été taguée dans la nuit de mardi à mercredi. Des inscriptions antisémites et des croix gammées ont été découvertes ce matin. Le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes a condamné ces actes "avec la plus grande fermeté".




(France 3 Rhône-Alpes)

13h30 : Hier, France 3 Alsace a été contraint d'interrompre la retransmission en "Facebook live" de la venue d'Emmanuel Macron au cimetière juif de Quatzenheim (Bas-Rhin), profané la nuit précédente. Pourquoi ? "Au bout de quelques minutes, les commentaires ignobles et illégaux ont largement dépassé notre capacité à les modérer", explique le journaliste Aymeric Robert. "Nous parlons d’appels au meurtre explicites, de commentaires ouvertement antisémites et racistes, des 'Heil Hitler', des 'sales juifs', détaille-t-il, exprimant son "dégoût" et sa "sidération".

12h45 : Bonjour @anonyme. Vous faites erreur : le racisme et l'antisémitisme sont traités de la même manière dans la loi, et font l'objet des mêmes peines. Voici par exemple la formulation de l'article 132-76 du Code pénal, qui définit la circonstance aggravante de racisme ou d'antisémitisme : "Lorsqu'un crime ou un délit est précédé, accompagné ou suivi de propos, écrits, images, objets ou actes de toute nature qui soit portent atteinte à l'honneur ou à la considération de la victime ou d'un groupe de personnes dont fait partie la victime à raison de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une prétendue race, une ethnie, une nation ou une religion déterminée, (...) le maximum de la peine privative de liberté encourue est relevé."

12h45 : Bonjour, peut-on m'expliquer clairement pourquoi l'antisémitisme est-il sévèrement condamné en France et qu'il n'en est pas de même pour le racisme en tout genre ?

11h51 : L'Académie française "tient à exprimer sa fidélité à la mémoire de madame Simone Veil et sa solidarité à monsieur Alain Finkielkraut". Dans un communiqué, l'institution fait part de son indignation après les attaques antisémites à l'encontre de deux de ses membres, passé et actuel.

10h32 : Des milliers de personnes se sont rassemblées partout en France pour protester contre les actes antisémites. Nous avons rassemblé quelques photos dans ce diaporama.




(PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)




(FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

07h46 : Bonjour @anonyme. Selon les organisateurs du rassemblement parisien, 20 000 personnes étaient présentes place de la République. France 3 a recensé de son côté 1 500 personnes à Marseille, 1 500 personnes à Nancy. France Bleu évoque 4 000 personnes à Bordeaux, La Dépêche comptabilise 1 000 personnes à Toulouse.

07h43 : Bonjour. Combien de personnes rassemblées hier soir, contre la violence, le racisme, la haine ? Merci

07h17 : Le tag "Loups noirs alsaciens" a été retrouvé sur l'une des 96 tombes profanées dans le cimetière juif de Quatzenheim (Bas-Rhin), dans la nuit de lundi à mardi. Une référence à un groupe autonomiste actif dans les années 1970, explique Europe 1.

06h42 : Voici quelques photos des rassemblements contre l'antisémitisme, prises hier partout en France.

• A Paris



• A Toulouse




• A Marseille



(MAXPP)

06h32 : Selon les informations recueillies par franceinfo, l'Elysée travaille sur plusieurs pistes : créer une loi qui engagerait la responsabilité des plateformes sur les contenus antisémites et racistes et renforcer l’éducation sur l’utilisation des réseaux sociaux.

06h31 : Emmanuel Macron doit annoncer ce soir, à l'occasion du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), une série de mesures pour renforcer la lutte contre l'antisémitisme.

06h05 : "On nous fait porter toutes les misères du monde". Plusieurs "gilets jaunes" ont participé hier aux rassemblements contre l'antisémitisme partout en France. Ils rappellent que leur mouvement est "non-violent" et pour "la justice sociale".

(FRANCE 2)

06h01 : Voici le rappel des principaux titres ce matin :

• Des milliers de personnes se sont rassemblées hier en France pour dénoncer les actes antisémites contre lesquels Emmanuel Macron a promis des "actes forts".

• Ils ont passé la nuit en prison. Alexandre Benalla et Vincent Crase ont été placés en détention provisoire après la révocation de leur contrôle judiciaire.

• Les Gones n'ont rien cédé. Lyon a résisté face au Barça (0-0) au terme d'un match haletant. L'OL préserve ses chances pour le 8e de finale retour.

• Un homme a blessé hier quatre personnes à l'arme blanche sur la Canebière, au cœur de Marseille, avant de menacer des policiers qui ont ouvert le feu pour le neutraliser.