Soupçons de financement libyen : Nicolas Sarkozy "ne doute pas" de Claude Guéant et de Brice Hortefeux

"Je n'ai aucune raison de douter que, de près ou de loin, ils n'ont jamais été mêlés au prétendu financement libyen de ma campagne de 2007", assure l'ancien chef d'Etat dans "Le JDD".

Nicolas Sarkozy, le 20 mars 2015 à Paris.
Nicolas Sarkozy, le 20 mars 2015 à Paris. (FRANCOIS LOOCK / CROWDSPARK / AFP)

"Brice Hortefeux est mon plus vieil ami. Claude Guéant a été un excellent collaborateur." Dans Le JDD du dimanche 25 mars, Nicolas Sarkozy prend la défense de ses deux anciens ministres. Quelques jours auparavant, l'ancien président de la République a été mis en examen dans le cadre d'une enquête sur un éventuel financement par le régime Kadhafi de sa campagne présidentielle de 2007.

"Je n'ai aucune raison de douter que, de près ou de loin, ils n'ont jamais été mêlés au prétendu financement libyen de ma campagne de 2007", ajoute Nicolas Sarkozy au sujet des deux hommes, que son contrôle judiciaire lui interdit désormais de rencontrer.

Plus affirmatif que lors de son interview jeudi

Jeudi soir, sur TF1, Nicolas Sarkozy avait semblé prendre ses distances avec ces deux proches. A propos de Claude Guéant, son bras droit durant la campagne victorieuse de 2007, il avait ainsi asséné : "S'il a des faits qui lui sont reprochés, et il a droit comme les autres à la présomption d'innocence, il s'en expliquera. Pas en tant qu'ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy, mais en tant que Claude Guéant lui-même."

Concernant Brice Hortefeux, un ami proche "depuis tant d'années", Nicolas Sarkozy avait dit : "s'il a eu des rapports avec tel ou tel, il s'en expliquera, et je lui fais confiance."