Seul un Français sur trois juge que Sarkozy est victime d'un acharnement judiciaire

Une large majorité des Français considère que l'ancien chef de l'Etat est "traité comme n'importe quel justiciable". 

L\'ancien chef de l\'Etat, Nicolas Sarkozy, lors du 70e anniversaire du Débarquement allié, le 6 juin 2014 à Ouistreham (Calvados). 
L'ancien chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, lors du 70e anniversaire du Débarquement allié, le 6 juin 2014 à Ouistreham (Calvados).  (MAXPPP)

Il se dit "choqué" par son traitement judiciaire, se présente en victime d'une "instrumentalisation politique" de la justice, mais peine manifestement à convaincre les Français. Dans un sondage BVA-Opinion publié jeudi 3 juillet dans Le Parisien, seuls 35% des Français pensent que Nicolas Sarkozy est "particulièrement durement traité pour des raisons politiques". A l'inverse, 63% des personnes interrogées ne croient pas à l'acharnement judiciaire, et considèrent que l'ancien chef de l'Etat est "traité comme n'importe quel justiciable".

72% des Français doutent de l'honnêteté de Sarkozy

Par ailleurs, s'ils le jugent majoritairement "solide" et "charismatique", les Français considèrent aussi que Nicolas Sarkozy "a fait son temps", et doutent massivement de son "honnêteté".

"La garde à vue suivie de la mise en examen de Nicolas Sarkozy a bien un impact sur l’opinion des Français, souligne Céline Bracq, directrice de l'institut BVA-Opinion. L'ex-chef de l’Etat perd encore du terrain en tant que candidat potentiel à l’élection présidentielle de 2017." Ainsi, 35% des Français interrogés souhaitent qu'Alain Juppé soit le candidat de l'UMP à la prochaine présidentielle, quand seulement 20% plaident pour une candidature de Nicolas Sarkozy. 

Sondage réalisé les 1er et 2 juillet par internet auprès d'un échantillon de 1 050 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).