Condamnation de Nicolas Sarkozy : "C'est beaucoup de tristesse, je trouve que les choses sont allées très sévèrement", estime Gilles Platret, maire LR

L'ancien président de la République a été condamné à trois ans de prison, dont un ferme, pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire des "écoutes".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Sarkozy au tribunal correctionnel de Paris, le 1er mars 2021. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Nicolas Sarkozy a été déclaré coupable, lundi 1er mars, de corruption et de trafic d'influence dans l'affaire dite des "écoutes" et condamné à trois ans de prison dont un an ferme. "C'est beaucoup de tristesse, je trouve que les choses sont allées très sévèrement", a réagi sur franceinfo Gilles Platret, maire Les Républicains de Chalon-sur-Saône, proche de Nicolas Sarkozy.

"Je ne mets pas en cause la décision de la justice, explique l'élu. Je ne me le permettrais pas, pour autant on a le sentiment, dès le départ, que ce dossier a été instruit avec une sévérité totalement hors du commun et il semble que la peine soit du même tonneau."

>> Procès de Nicolas Sarkozy : l'article à lire pour comprendre l'affaire des "écoutes"

Gilles Platret exprime son "amitié" à Nicolas Sarkozy parce que "c'est une épreuve personnelle qu'il est en train de traverser. Je sais qu'il va se battre et qu'à l'occasion de l'appel qu'il ne manquera pas de faire il aura l'occasion de faire percer la vérité. On ne peut pas se contenter de cette première instance. Il va falloir que la justice retravaille cette question." Le maire de Chalon-sur-Saône estime "que des éléments ont pu faire douter de l'objectivité" de cette procédure.

Selon lui, cette condamnation n'entache pas ce qu'a fait Nicolas Sarkozy. "Chaque Français sait ce qu'il a à penser de Nicolas Sarkozy, estime Gilles Platret. Chaque Français n'a pas besoin d'une décision de justice pour savoir si en tant que président il a fait ou non le travail."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.