Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un an ferme

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un an ferme
France 3
Article rédigé par
E. Pelletier, N. Perez, C. Weill-Raynal, S. Pichavant, L. Haedrich, V. Bouffartigues, O. Darmostoupe, P. Grandouiller, S. Korwin, S. Neumayer - France 3
France Télévisions

Le verdict est tombé : lundi 1er mars, Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison dont un an ferme pour corruption et trafic d’influence, dans l’affaire dite des "écoutes". C’est la première fois qu’un ancien président écope d’une peine de prison ferme.  

C’est une décision historique, qui a été rendue lundi 1er mars. Le tribunal de Paris a condamné Nicolas Sarkozy à trois ans de prison dont un an ferme, pour trafic d’influence et corruption dans l’affaire dite des "écoutes". L’intéressé est sorti sans un mot du tribunal après le jugement. Ce dernier est implacable. Pour la justice, il est bien au cœur d’un pacte de corruption et d’un pacte d’influence, avec son avocat et ami Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert.  

Des mots très durs 

L’ancien président était accusé d’avoir proposé au second une aide pour obtenir un poste en échange d’informations concernant une enquête. "Les faits […] sont d’une particulière gravité ayant été commis par un ancien président de la République qui a été le garant de l’indépendance de la justice", a ainsi déclaré Christine Mée, présidente de la 32ème chambre correctionnelle. Nicolas Sarkozy entend cependant faire appel. De son côté, son avocate, Me Jacqueline Laffont, a fait part de son incompréhension. 

En direct depuis le tribunal de Paris, la journaliste France Télévisions Sophie Neumayer rappelle que la présidente du tribunal a employé des mots très forts. Selon cette dernière, les actes de Nicolas Sarkozy "ont lourdement porté atteinte à la confiance publique".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaires Sarkozy

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.