Jack Lang : ses costumes offerts par le tailleur Smalto font polémique

Une nouvelle affaire de costumes fait l'actualité. Elle concerne cette fois Jack Lang, le président de l'Institut du monde arabe (IMA) qui aurait profité des largesses d'un grand couturier italien, Smalto. Son avocat affirme que son client n'a rien à se reprocher.

FRANCE 2

Près de 200 000 € de vêtements griffés Smalto. 195 600 €, précisément, de costumes et de pantalons de la ligne couture de la marque auraient donc été reçus par Jack Lang entre 2013 et 2018. Le magazine L'Obs, qui révèle ces informations, affirme aussi que l'ancien ministre bénéficie de tarifs plus que généreux : 50% de ristourne sur l'ensemble de la marque. Une enseigne, Smalto, dirigée par un homme, Alain Duménil, mis en examen pour une affaire de banqueroute. Mais les cadeaux offerts à Jack Lang, explique sa défense, ont débuté à l'initiative du couturier lui-même, Francesco Smalto, décédé en 2015. Alain Duménil n'a fait que poursuivre. "Monsieur Jack Lang représente (...) un homme de la mode et de l'élégance connu dans le monde entier", dit-il.

"Aucune contrepartie", assure son avocat

Via son avocat, Jack Lang ne nie pas les faits. Il a depuis longtemps été habillé par de grands couturiers : Issey Miyake, Yves Saint Laurent ou encore Thierry Mugler. On se souvient de son col Mao porté à l'Assemblée nationale. Il a fait de la mode un art à part entière ; il n'a donc rien à se reprocher aujourd'hui. "La maison Smalto, dit son avocat, n'a jamais adressé aucune facture à M. Lang (...) ses cadeaux n'ont jamais eu aucune contrepartie". L'association anticorruption Anticor, elle, y voit pourtant un abus. Jack Lang dirige l'Institut du monde arabe à Paris. Les affaires de costumes peuvent coûter cher, François Fillon en sait quelque chose. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Jack Lang arrive à une exposition à l\'Institut du monde arabe, le 26 juin 2014, à Paris.
Jack Lang arrive à une exposition à l'Institut du monde arabe, le 26 juin 2014, à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)