Ségolène Royal : une liberté de parole revendiquée

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 14/05/2014Durée : 00h45

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Pour en savoir plus sur ce dossier, consultez francetvinfo.fr Une interview a été accordée par Ségolene Royal à "Paris Match". La ministre revendique ouvertement sa liberté de parole. Bonjour Nathalie Saint-Cricq. Elle tacle d'abord ses homologues masculins du gouvernement.

Nathalie Saint-Cricq: Ségolène Royal dénonce le machisme de ses collègues du gouvernement, elle subirait des "boules puantes", la condescendance, le mépris. Ce serait pour elle un monde sans pitié. Sans pitié, elle l'est aussi, en disant de Michel Sapin qu'il n'est "pas réglo" et en accusant Arnaud Montebourg de faire le mauvaix choix pour Alstom. Pour couronner cette charge, une conclusion d'une immodestie rare: "Je suis à ce poste parce que je suis compétente. Peut-être même la plus compétente." Cela laisse rêveur.

Elise Lucet : Manuel Valls et François Hollande souhaitaient une unité, un esprit de groupe. Cette interview est-elle un couac.

Nathalie Saint-Cricq : Non, car un couac n'est pas maîtrisé. Ségolene Royal sait très bien où elle va. Elle fait de la politique, joue l'opinion, soigne sa popularité. Sa position c'est "Ni Dieu ni maître". Manuel Valls et François Hollande apprécieront. Et ce n'est qu'un début. "Ceux qui veulent me museler se trompent." "Oui, je parle. C'est ma liberté et je la garderai quoi qu'il arrive." Elle se croit intouchable et va en profiter.

Elise Lucet : Merci. Une nouvelle forme d'arnaque prend de l'ampleur en France. Les escrocs ciblent des personnes âgées, leur font croire qu'elles viennent d'endommager un rétroviseur. Ils leur extorquent de 500 à 4.000 euros, en liquide bien sûr, avec un complice au téléphone, qui se fait passer pour un assureur.

C'était en février derrnier. Comme tous les lundis, ce couple de retraités rentre des courses. Mais ce jour-là, une voiture les a suivis.

Ils étaient deux dans la voiture. L'un est descendu et a dit qu'on avait accroché son rétroviseur. On a dit non. Il a dit oui, regardez.

Les malfaiteurs les avaient repérés sur le parking du supermarché.

Il est passé derrière une voiture Il a fait une traînée avec une craie Comme si je l'avais accroché.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==