Cet article date de plus de neuf ans.

Virus du Yosemite aux Etats-Unis : les autorités françaises relativisent les risques

Les autorités sanitaires françaises calment le jeu et n'émettent pas d'alerte particulière après la mort de deux touristes américains dans le parc californien de Yosemite. Ils avaient contracté un syndrome pulmonaire à hantavirus.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Robert Galbraith Reuters)

Aucun touriste français ayant
séjourné cet été dans le parc Yosemite en Californie n'aurait contracté l'hantavirus
selon le Samu de Paris. Le Samu de Paris a reçu une trentaine d'appels de
Franciliens inquiets après l'appel à la vigilance des autorités américaines. 

Le Service américain des Parcs nationaux a envoyé une lettre à 2.900 personnes ayant séjourné cet été dans le Curry Village, l'un des campings du parc californien. Un courrier reçu par plusieurs Français.

Les tentes du camping sont contaminées par les urines ou salives de rongeurs porteurs de l'hantavirus. La contamination à l'homme, plutôt rare, se produit quand il est en contact avec des déjections, de l'urine ou a respiré longtemps des poussières contenant ces déjections et urines de rongeurs.

Six touristes ont contracté le virus, deux Américains sont morts, d'où l'extrême prudence des autorités sanitaires californiennes. En France, le Quai d'Orsay tient à relativiser les risques, la plupart des cas de contamination à l'hantavirus sont bénins. Le ministère des Affaires étrangères a simplement mis à jour sur son site internet sa fiche de conseil aux voyageurs souhaitant se rendre aux Etats-Unis.

La forme d'hantavirus relevée en Californie n'est pas présente en France. C'est une infection respiratoire virale dont la période d'incubation est de 4 à 6 semaines. Les personnes contaminées ont notamment des symptômes de courbatures et de fièvre. Le virus n'est pas transmissible d'homme à homme.      

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sciences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.