Cet article date de plus de neuf ans.

Un mystérieux virus s’attaque au bétail : 28 départements touchés

Le ministre de l'Agriculture a réuni les professionnels de l’élevage pour faire le point sur le virus de Schmallenberg, un mal mystérieux qui s’attaque au bétail. Un dispositif de surveillance vétérinaire a été mis en place, 28 départements sont pour l’instant touchés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Détecté et identifié pour la
première fois en Allemagne en novembre dernier, le virus de Schmallenberg a
fait son entrée en France par le Nord, avant de gagner les régions Limousin et
Poitou-Charentes. A ce stade, 277 élevages dans 28 départements sont touchés.

Outre l’Allemagne et la France, les Pays-Bas, la Belgique, le Royaume-Uni et l’Italie
sont également concernés. Au total, environ un millier d’élevages.

Ce virus de la famille des
orthobunyavirus est transmis aux ruminants par des insectes. Il n’est pas
contagieux d’un animal à l’autre et n’est pas transmissible à l’homme. Selon l’Organisation
mondiale de la santé animale (OIE), le risque pour la santé humaine est "négligeable", tout comme le risque de propagation
via le lait ou la viande.

Pas de vaccin avant six mois

La présence du virus dans un cheptel n’est détectée qu’au moment où une
brebis ou une vache met bas, et que naît un animal difforme. L’ensemble du
troupeau est alors mis sous surveillance, mais les animaux ne sont pas abattus.

L’origine de ce virus n’est pas encore connue. Au ministère de l’Agriculture, l’on
pense qu’il faut raisonner au niveau mondial et investir dans la recherche.
Tout en précisant que la mise au point d’un vaccin prendra au moins six mois.
En attendant, les éleveurs sont désarmés et voient les animaux contaminés
mourir, sans rien pouvoir faire.

En France, la filière ovine compte quelque 23.000 éleveurs. Elle
commençait à peine à relever la tête dans le sillage d’un plan de relance de la
production, qui a augmenté de 3% en 2011.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sciences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.